La ceinture fléchée démystifiée

Portée avec fierté par l’éternel Bonhomme à chaque carnaval, la ceinture fléchée est beaucoup plus qu’un simple vêtement d’apparat.

C’est ce que les visiteurs peuvent réaliser avec l’exposition intitulée L’emblème des grands voyageurs présentée par la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine (SHLM) jusqu’à la fin septembre.

«C’est une exposition qui nous a été prêtée par le musée la Maison LePailleur de Châteauguay. La moitié des pièces exposées ont été réalisées par Denis Caron, un artisan de Saint-Jacques-le-Mineur. Chacune de ses ceintures tressées est faite entièrement à la main. Leur confection peut nécessiter une centaine d’heures de travail», explique Marianne Bissonnette, chef-guide à la SHLM.

Les autres objets proviennent de diverses collections. Parmi ceux-ci, on trouve une ceinture fléchée de la région de Coventry en Angleterre fabriquée en 1875. D’autres items rappelant la vie des coureurs des bois sont aussi en montre, dont une authentique corne à poudre.

Caractéristiques

Les motifs répétitifs en forme de V ou de W caractérisent la ceinture fléchée et la distinguent des imitations. D’après Mme Bissonnette, les ceintures du Carnaval de Québec ne sont pas authentiques, puisque leurs motifs sont composés de petites lignes.

S’il est difficile de préciser l’origine de la ceinture fléchée au Québec, la chef-guide souligne que ce tissage particulier se retrouve dans d’autres cultures.

«En Irlande, dans le tissage traditionnel, il y a des éléments qui ressemblent à la ceinture fléchée québécoise, souligne-t-elle. D’autres styles similaires sont présents en Jordanie et en Amérique du Sud. C’est une forme de tissage qui se voit un peu partout à travers le monde sans s’être rencontrée.»

L’exposition prendra fin avec les Journées de la culture qui auront lieu les 25, 26 et 27 septembre.

Usages multiples

La ceinture fléchée était utilisée pour différents usages.

Manteau

Elle servait à fermer les capots, ces longs manteaux d’hiver.

Embarcation

Plus large, elle se transformait en sangle pour fixer le canot sur les épaules lors des déplacements des coureurs des bois.

Gobelet

Enduite de cire, la ceinture pouvait se transformer en récipient improvisé pour boire de l’eau.

Commenter cet article

avatar