La crise du logement inquiète des organismes

Par Vicky Girard
La crise du logement inquiète des organismes
(Photo : Gravité Média - Archives)

Les logements se font de plus en plus rares, selon un rapport publié ces derniers jours. Cette crise a pour conséquence de faire augmenter le prix des loyers, entre autres. Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ainsi que le Comité logement Rive-Sud s’inquiètent de la situation.

Les deux organismes s’unissent afin de demander aux divers gouvernements de financer la construction de plus de logements sociaux. Ils demandent également «un réel contrôle des loyers, de renforcer les protections des locataires contre les reprises de logements et les évictions», notamment.

Le rapport sur le marché locatif publié par la Société canadienne d’hypothèques (SCHL) et de logement le 15 janvier les a fait réagir par voie de communiqué.

Le document fait état d’une diminution notable du taux d’occupation des logements.

«Le rapport confirme que la pénurie de logements s’est aggravée depuis l’année dernière et les groupes de défense des droits des locataires parlent maintenant d’une crise généralisée», indique le Comité logement Rive-Sud dans sa réaction par voie de communiqué.

Sur la Rive-Sud, le taux d’inoccupation est passé de 3,3 % à 1,3%. Pour les secteurs du Roussillon, notamment le territoire couvert par Le Reflet, le taux d’inoccupation a augmenté de 1% pour atteindre 2,1%.

Conséquences

Selon le Comité logement Rive-Sud, cette crise ne se résume pas simplement à un manque de loyers disponibles.

«Nous recevons depuis plusieurs mois des appels de locataires de la Rive-Sud de Montréal qui doivent endurer des situations telles que des logements insalubres ou du harcèlement de la part de certains propriétaires, faute d’alternatives», affirme Stéphane Moreau, organisateur communautaire au Comité logement.

Selon le FRAPRU, la recherche de logements sera ardue ce printemps. En 2019, 175 ménages se sont retrouvés sans logement à travers la province. Cette rareté sur le marché locatif incite des propriétaires à augmenter le prix des loyers, constatent les deux organismes à la défense des locataires.

841 $

Le secteur du Roussillon sur la Rive-Sud a subi les plus grandes hausses avec une variation moyenne de 3,1%, indique le Comité logement Rive-Sud. Le prix des loyers y est néanmoins évalué en-dessous de la moyenne de 841$ dans la région métropolitaine.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] À LIRE AUSSI: La crise du logement inquiète des organismes […]