Automobile
Actualité

La guerre en Ukraine risque de ralentir la production automobile mondiale

samedi le 26 février 2022
Modifié à
Par Benoit Charette

autoben@videotron.ca

Comme si le monde automobile n’avait pas assez de difficulté en ce moment, voici qu’une autre tuile tombe dans la marre des fournisseurs, équipementiers et constructeurs automobiles. Plusieurs grandes entreprises dont le groupe Volkswagen, Renault, le fabricant de pneus Nokian et le géant de l'équipement agricole John Deere, ont fait part vendredi de leur intention de fermer ou de déplacer leurs activités de production à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Des sanctions économiques qui font mal à tout le monde

Les États-Unis, le Canada et plusieurs pays d’Europe ont imposé des sanctions économiques à la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine. Même si le conflit est encore jeune, les réactions ont été immédiates. Volkswagen a déclaré qu'elle interromprait la production pendant quelques jours dans deux usines allemandes après un retard dans l'obtention de pièces fabriquées en Ukraine.

Renault arrête sa production en Russie

L'entreprise française Renault a déclaré qu'elle suspendrait certaines opérations dans ses usines d'assemblage de voitures en Russie la semaine prochaine en raison de goulets d'étranglement logistiques causés par des pénuries de pièces. Le groupe n'a pas précisé si sa chaîne d'approvisionnement avait été touchée par le conflit, mais une porte-parole a indiqué que cette mesure était une conséquence du renforcement des frontières entre la Russie et les pays voisins, par lesquelles les pièces sont transportées par camion.

Même les pneus

Le fabricant de pneus finlandais Nokian a déclaré qu'il déplaçait la production de certaines lignes de produits clés de la Russie vers la Finlande et les États-Unis afin de se préparer à d'éventuelles sanctions supplémentaires suite à l'invasion. L'équipementier automobile japonais Sumitomo Electric Industries, qui emploie quelque 6 000 personnes en Ukraine pour fabriquer des faisceaux de câbles, a déclaré qu'il avait suspendu les activités de ses usines sur place et qu'il discutait avec ses clients de la possibilité de s'approvisionner ailleurs.

D’autres effets indirects

Pour les constructeurs automobiles, l'un des problèmes de chaîne d'approvisionnement engendrés par le conflit en Ukraine concerne les métaux palladium, platine et rhodium utilisés dans les convertisseurs catalytiques qui nettoient les gaz d'échappement. La Russie produit environ 38 % du palladium mondial, à l'exclusion des matériaux recyclés. Selon M. Wakefield de chez Alix Partner, les constructeurs automobiles ne devraient pas être confrontés à une pénurie immédiate de palladium, car il existe des stocks de ce métal à Londres. Il faut compter "six mois avant que le palladium ne se retrouve dans une voiture", a-t-il ajouté. Les prix de l'aluminium étaient en hausse avant le conflit en Ukraine, selon M. Wakefield. Une interruption de l'approvisionnement en aluminium russe accentuerait la pression sur les coûts des constructeurs automobiles.

Cette invasion a incité les sociétés de conseil J.D. Power et LMC Automotive à réduire de 400 000 véhicules leurs prévisions de ventes mondiales de voitures neuves pour 2022, pour les ramener à 85,8 millions d'unités. L'industrie automobile était déjà confrontée à un approvisionnement serré en véhicules en raison de la pénurie mondiale de semi-conducteurs.

 

Avec des renseignements d’Autoblog

 

 

 

 

Le texte La guerre en Ukraine risque de ralentir la production automobile mondiale provient de L'annuel de l'automobile - Actualité automobile