La pandémie s’avère profitable pour une galerie d’art interactive

Par Vicky Girard
La pandémie s’avère profitable pour une galerie d’art interactive
Les œuvres d’art sont mises en valeur virtuellement par Gallea. (Photo : Gracieuseté - Gallea)

Gallea, une plateforme d’exposition virtuelle cofondée par un Candiacois en 2016, a vu son trafic Web devenir quatre fois plus élevé ces derniers mois. Le président, Guillaume Parent, a saisi l’occasion de lancer plusieurs projets, afin de mettre l’art de l’avant en ligne. 

À LIRE AUSSI: Exposer les artistes localement grâce au web

L’un des objectifs de Gallea est de faire le pont entre les artistes et les commerces locaux pour que ceux-ci se procurent des œuvres à exposer sur leurs murs. L’entreprise s’est néanmoins réinventée en se concentrant sur le volet d’exposition Web. Elle est devenue la plus grande galerie d’art en ligne au Québec avec plus de 1 000 artistes et 8 000 œuvres disponibles, selon son président.

«Je crois définitivement que notre galerie en ligne est d’autant plus importante, puisque la majeure partie des expositions physiques n’ont pas pu avoir lieu, et les ventes des derniers mois en témoignent», souligne M. Parent.

Le Collectif Prism’Art réunissant 10 femmes peintures du Roussillon y a notamment exposé 54 œuvres. Plusieurs autres expositions ont été organisées.

Nouveaux projets

Gallea a lancé trois projets pendant la pandémie.

Cahier à colorier de destinations québécoises 

Un regroupement de 23 artistes ont illustré 27 lieux du Québec à colorier, chacun à leur façon. Le cahier, qui présente des endroits connus comme le Stade olympique à Montréal où le Vieux-Québec, autant que des endroits méconnus pour pêcher ou apercevoir des animaux en forêt, a été téléchargé des milliers de fois, laisse savoir M. Parent, notamment par des familles et des Commissions scolaires de la province à des fins éducatives. Les intéressés peuvent se le procurer gratuitement au gallea.ca/fr/cahieracolorier.

Chaque page contient un code qui peut être numérisé par un téléphone mobile, ainsi que le lien vers le profil de l’artiste sur le site Web de Gallea. Cette méthode a permis de générer plusieurs ventes, indique M. Parent, sans les chiffrer.

Arrière-plans

Pour agrémenter le télétravail, les artistes faisant affaire avec la galerie virtuelle ont créé 40 arrière-plans virtuels pouvant notamment être utilisés sur les plateformes de vidéoconférence comme Zoom. Les télécharger est gratuit, mais un don aux créateurs est suggéré.

«Ce n’est pas tout le monde qui aime l’idée qu’on voit ce qui se passe autour d’eux pendant les appels. Ça permet alors d’avoir une certaine intimité en plus d’encourager les artistes d’ici», explique M. Parent.

Matériel d’art

Lorsque Gallea a constaté que de grands détaillants éprouvaient des problèmes de livraison et que les consommateurs tenaient à acheter local, ils ont décidé de lancer leur boutique de matériel d’art.

Pinceaux, peinture et canevas sont 100% fabriqué au Québec, laisse savoir M. Parent. Le bois utilisé pour les toiles, par exemple, provient de la compagnie Goodfellow, à Delson.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des