La SQ se penche sur une disparition non résolue survenue en 1972 à Saint-Hubert

Par Philippe Lanoix-Meunier
La SQ se penche sur une disparition non résolue survenue en 1972 à Saint-Hubert
Chantal De Montgaillard, disparue (Photo : Gracieuseté)

De nouvelles informations ont récemment poussé la Division des disparitions et dossiers non résolus de la Sureté du Québec (SQ) à réouvrir un cold case qui remonte à près de 50 ans.

Le Courrier Sud rapportait le 4 juillet que de récentes révélations pourraient permettre de résoudre la mystérieuse disparition de la petite Chantal De Montgaillard, survenue le 4 juin 1972 dans l’arr. de Saint-Hubert. Au moment du drame, elle avait quatre ans.

Michel Déry, notamment reconnu coupable de l’assassinat d’une jeune fillette de 5 ans, Mélanie Descamps, à Drummonville en 1983, serait maintenant dans la mire des policiers.

Deux enquêteurs qui ont travaillé sur le dossier de Déry en 1983 ont récemment été rencontrés par des enquêteurs de la SQ afin de tenter de déterminer les endroits que fréquentait Déry à cette époque et si des éléments pourraient concrètement le lier à la disparition de Chantal De Montgaillard.

Selon les deux enquêteurs, Déry aurait révélé lors d’un interrogatoire, à la suite de son arrestation le 20 août 1983, qu’il aurait enlevé une petite fille de quatre ans quand il était adolescent.

Déry leur aurait dit qu’il l’avait amenée dans un petit bois derrière l’église de Saint-Hubert pour l’attacher à un arbre. Il aurait cependant nié avoir tué la fillette. Déry aurait également mentionné aux policiers la couleur des sous-vêtements de la fillette, ce qui correspond à la couleur de ceux que portait Chantal De Montgaillard avant sa disparition.

Ce modus operandi est, en de nombreux points, similaire à celui qu’utilisera Déry lors du meurtre de Mélanie Descamps, quelques années plus tard.

Au terme de son procès pour meurtre en 1984, Michel Déry a été déclaré non criminellement responsable en raison de problèmes de santé mentale. Il a été interné à l’Institut Philippe-Pinel, duquel il s’est évadé en 2001, avant d’être repris par les autorités.

Le corps de la petite Chantal De Montgaillard n’a jamais été retrouvé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des