L’agresseur du mont Saint-Bruno retourne en prison

Par Philippe Lanoix-Meunier
L’agresseur du mont Saint-Bruno retourne en prison

À lire aussi  Yves Roy a déjà commis un crime similaire à Sainte-Catherine
Celui qui a été surnommé «l’agresseur du mont Saint-Bruno» a récemment été renvoyé en détention sous ordre de la Commission des libérations conditionnelles canadiennes (CLCC), six mois seulement après avoir obtenu sa libération conditionnelle.
Selon le Journal de Montréal, Yves Roy aurait violé ses conditions de remise en liberté en sollicitant plusieurs femmes sur les réseaux sociaux.
En septembre 2016, l’homme de 48 ans avait tenté d’agressée une joggeuse dans le parc national du mont Saint-Bruno en l’étranglant et en la rouant de coup. La femme dans la cinquantaine avait réussi à se défaire de l’emprise de son agresseur et à prendre la fuite.
L’individu avait été arrêté à son domicile de Sainte-Julie deux semaines plus tard. Il avait été dénoncé par son employeur, qui l’avait reconnu sur un portrait-robot diffusé par le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).
Roy avait plaidé coupable à une accusation de voies de fait graves en janvier 2017, au palais de justice de Longueuil. Il avait été condamné à quatre ans et demi de prison. Il avait obtenu sa libération conditionnelle en juin dernier et résidait depuis dans une maison de transition.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des