Automobile
Actualité

L’alliance Renault-Nissan investit 26 milliards de dollars US dans un blitz de véhicules électriques

jeudi le 27 janvier 2022
Modifié à
Par Benoit Charette

autoben@videotron.ca

Le groupe Renault, Nissan et Mitsubishi lancera conjointement 35 nouveaux véhicules électriques au cours des cinq prochaines années et va investir 33 milliards de dollars canadien. L’Alliance va développer conjointement une architecture électronique automobile commune, alors que le groupe franco-japonais en difficulté tente de retrouver l'élan perdu.

Des économies d’échelle

Les trois constructeurs automobiles ont pour objectif d'avoir des plates-formes communes à la hauteur d'environ 80 % de leurs 90 modèles combinés d'ici 2026, contre environ 60 % aujourd'hui. L'alliance a produit plus d'un million de véhicules électriques entre 2009 et aujourd'hui, et le groupe prévoit d'en produire 1,5 million par an dès 2026, a déclaré Luca de Meo, PDG de Renault.

Se remettre en marche après une dure épreuve

La destitution de Ghosn en novembre 2018 a plongé l'alliance dans le désarroi, avec des ventes en chute libre, des pertes importantes, une méfiance mutuelle et des joutes sur la structure du groupe automobile. Ce n'est qu'en 2020 que l'alliance a retrouvé un semblant d'activité, sous une direction entièrement nouvelle. Les trois constructeurs automobiles se sont davantage attachés à régler leurs propres affaires qu'à développer des projets communs. Renault, Nissan et Mitsubishi ont chacun lancé leur propre plan de relance, qui impliquait des licenciements, la réduction des gammes de produits, la fermeture d'usines et des réductions importantes des coûts administratifs.

Repartir sur de nouvelles bases

Après avoir enregistré la perte la plus importante de son histoire, Nissan prévoit de renouer avec la rentabilité au cours de l'exercice fiscal actuel, qui se termine le 31 mars. Mitsubishi prévoit également de renouer avec les bénéfices. La situation chez Renault est plus difficile.

Une nouvelle plateforme pour les trois groupes

Dans le cadre de la nouvelle feuille de route 2030, les trois entreprises déploieront cinq plateformes électriques communes qui couvriront 90 % des 35 nouveaux modèles EV. L'alliance dispose déjà de plateformes électriques communes, notamment l'architecture CMF-EV qui se trouve sous le modèle Nissan Ariya et son homologue Renault, la Megane E-Tech. Mitsubishi et Nissan, quant à eux, ont développé une plateforme électrique commune pour les KEI japonaises.

Une plateforme qui va mener le groupe jusqu’en 2030

Cette plateforme CMF-EV va mener la charge jusqu’en 2030. Les trois entreprises se concentreront également sur les batteries à semi-conducteurs et l'électronique.
Les entreprises ont déclaré qu'en développant des plates-formes et des systèmes électroniques communs, elles seront en mesure de mettre en circulation plus de 10 millions de véhicules équipés de systèmes de conduite autonome d'ici 2026, sur 45 modèles de l'alliance. D'ici à cette date, l'alliance sera également le premier constructeur mondial de masse à introduire l'écosystème Google dans ses voitures. L'alliance repose sur un actionnariat croisé, Renault détenant 43,4 % de Nissan, qui détient à son tour 15 % des parts sans droit de vote de Renault. Nissan détient un tiers des actions de Mitsubishi Motors.

Avec des renseignements d’Automotive News

Le texte L’alliance Renault-Nissan investit 26 milliards de dollars US dans un blitz de véhicules électriques provient de L'annuel de l'automobile - Actualité automobile