Le chaos réussi de Nicolet

Le chaos réussi de Nicolet

Nicolet sera en spectacle au Théâtre de la Ville de Longueuil le 29 novembre.

Crédit photo : Gracieuseté

(Un texte de Maryanne Dupuis)

«C’est rare que je sais ce que je fais quand je commence à écrire une chanson; c’est un mélange d’intuition, de chaos et d’inspirations», lance d’emblée Étienne Hamel, chanteur et fondateur du groupe Nicolet.

Le groupe parcourt actuellement le Québec pour présenter le fruit de son dernier album, Hochelaga, paru en 2017. Le titre et les chansons de cet opus s’inspirent du quartier montréalais dans lequel vit maintenant le chanteur originaire de Longueuil.

«On a passé la dernière année à faire des shows et là, on va retomber dans un processus d’enregistrement et de création en studio, explique-t-il. J’ai déjà commencé à écrire du matériel pour le prochain album et on commence à enregistrer cet hiver.»

Nicolet reviendra donc à la charge avec une nouvelle proposition dans un futur pas si lointain.

«Mon processus d’écriture est assez chaotique, ajoute Étienne Hamel. J’essaie juste de tâtonner jusqu’à ce que je tombe un peu par hasard sur une idée qui vaut la peine d’être explorée. À partir de là, je passe beaucoup de temps à voir comment je peux la préciser.»

Style Nicolet

Quand on lui demande comment il décrirait la musique que le groupe propose, Étienne Hamel a un peu de difficulté à répondre.

«C’est vraiment une bonne question… Ça reste des paroles et de la musique, qui peuvent s’inscrire dans certains modèles de musique folk, indie ou pop. Mon approche, à la base, c’est vraiment juste d’essayer de créer; je n’ai pas une volonté de m’inscrire dans tel ou tel courant. C’est une espèce de grosse soupe qui se trouve juste à être mon identité musicale. Le style de notre musique serait Nicolet je dirais!»

Le musicien a d’abord lancé un album solo, Quatrième, en 2014, avant que Nicolet ne devienne un groupe.

«J’ai sorti un court album qui m’a principalement servi de carte de visite, parce que je venais d’arriver à Montréal et que je voulais commencer à établir un réseau de musiciens avec qui jouer. C’est en rencontrant des gens au fil des dernières années que peu à peu, le projet s’est transformé en effort plus commun.»

Le groupe est maintenant composé de cinq personnes, soit Étienne Hamel, Étienne Côté, Cédric Martel, Guillaume Caron et Nathan Vanheuverzwijn.

Multi-instrumentiste et multitâche

Malgré son association avec d’autres musiciens et la maison de disque Chivi Chivi, Étienne Hamel prend part à toutes les étapes du projet de création d’un album. Il signe les paroles et la musique des chansons, mais contribue également à la réalisation, à la prise de son, au mixage et à la création de la pochette.

«Je suis porté à m’impliquer à tous les chapitres; je trouve ça stimulant. Je fais de la musique, mais l’idée, c’est vraiment de matérialiser des idées que j’ai et d’essayer de créer des espaces intéressants. Je le fais à travers la musique, mais je le visualise aussi à travers ce à quoi la pochette va ressembler, les timbres recherchés, les mixages, l’univers visuel. Je vois vraiment ça comme un tout.»

«Le public peut s’attendre à pas mal d’énergie. On essaie tout le temps de faire en sorte que les shows soient ben le fun et mouvementé. Ça va être une belle soirée avec Hubert Lenoir», promet Étienne Hamel.

Commenter cet article

avatar