Le «séducteur fraudeur» admet ses torts

Par Philippe Lanoix-Meunier
Le «séducteur fraudeur» admet ses torts
(Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Le dossier de Marc Soulières n’ira finalement pas en procès. Celui qui a été surnommé «le séducteur fraudeur» a plaidé coupable à la quasi-totalité des 17 chefs d’accusation qui pesaient contre lui, le mardi 15 janvier, au palais de justice de Longueuil.
L’homme de 34 ans a avoué à la juge Magali Lepage avoir escroqué plus d’une vingtaine de personnes entre 2005 et 2017. Son stratagème consistait la plupart du temps à contacter des femmes sur les réseaux sociaux pour les inviter au restaurant. Au moment de payer la facture, il alléguait avoir oublié son portefeuille et demandait à la victime de régler l’addition en échange d’un chèque provenant d’une tierce personne.
Le fraudeur leur disait d’encaisser le chèque, de garder le montant de la facture de restaurant et de lui remettre la balance en argent. Les chèques étaient cependant sans fonds.
Lord d’une audience ultérieure, l’accusé avait expliqué à la Cour qu’il était aux prises avec des problèmes de drogue et de jeu depuis de nombreuses années. Les dettes contractées par sa consommation l’auraient poussé vers le crime.
Soulières a été arrêté pour la première fois en juillet 2017, mais les accusations avaient été abandonnées. Il avait cessé son stratagème durant quelques mois avant de reprendre ses activités criminelles en janvier 2018. De janvier à avril, l’homme de Longueuil aurait fait quatre victimes avant d’être arrêté par les autorités. Il faisait face à une 13 accusations de fraude et 4 de vols.
La plupart des faits reprochés au fraudeur se sont déroulés à Longueuil. Il aurait également commis d’autres méfaits à Varennes, Boucherville et Montréal.
Soulières a suivi une thérapie comportementale à l’automne dernier et a entrepris depuis peu de rembourser ses victimes.
Il devrait être de retour au palais de justice le 21 mars afin de connaître sa sentence.
 
À LIRE SUR LE MÊME SUJET :

Le «séducteur fraudeur» remis en liberté

Le SPAL recherche un fraudeur ciblant des femmes
 
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des