Les cerfs de Longueuil seront épargnés

Par Ali Dostie
Les cerfs de Longueuil seront épargnés
La population de cerfs de Virginie du parc Michel-Chartrand oscillerait entre 30 et 40 individus, alors que le seuil idéal pour le parc serait d'environ 15. (Photo : Le Reflet - Geneviève Michaud)

La mairesse Sylvie Parent a demandé au directeur général de la ville de Longueuil de «prendre tous les moyens» afin de permettre le déplacement de 15 cerfs du parc Michel-Chartrand vers un site autorisé et d’en préciser les modalités, afin de remplacer la seule option jusqu’ici autorisée à la Ville pour réduire le cheptel, soit d’abattre les bêtes.

À lire aussi: PHOTOS ET VIDÉOS – Euthanasie de cerfs : les relocaliser n’était pas une option

«Malgré la mesure initialement retenue par nos équipes respectives, approuvée par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec et appuyée par un large consensus au sein de la communauté scientifique, la menace que pose aujourd’hui certaines personnes afin de nuire, voire contrecarrer la mise en œuvre de l’opération de contrôle ponctuelle de la population de cerfs dans le parc Michel-Chartrand, nous force à envisager une autre option», a affirmé Mme Parent, lundi en fin de soirée.

Elle rappelle que l’abattage des cerfs avait été la mesure retenue et approuvée par le MFFP, et qu’elle bénéficiait d’un large consensus scientifique.

Mme Parent insiste que le déplacement des cerfs, si le Ministère en venait à l’autoriser, devra se faire au cours des prochaines semaines, «considérant l’importance pour la Ville de procéder à la réduction du cheptel à court terme».

Cette déclaration survient alors que plus tôt dans la journée, l’avocate Anne-France Goldwater, qui soutient les démarches de l’organisme Sauvetage Animal Rescue pour sauver les cerfs, lançait un ultimatum pour rencontrer les élus de Longueuil et obtenir une réponse du Ministère. Me Goldwater disait espérer ne pas en arriver à devoir déposer une requête contre la Ville.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Stéphane Larose
Stéphane Larose
3 mois

C’est réjouissant de voir une mairesse qui accepte de changer sa position devant l’opposition d’une grande partie de sa population. Dommage que le maire de La Prairie, Donat Serres, ne manifeste pas la même souplesse.

Petit rappel : je fais référence ici à l’implantation d’un parc canin en plein quartier résidentiel, à quelques mètres de maisons. Une vraie idée de génie, qui en dit long sur le jugement de M. le maire !

Malgré une pétition ayant recueilli près de 600 noms, une manifestation citoyenne, une couverture médiatique à la grandeur de la région métropolitaine, une campagne de protestation dans les médias sociaux, une mise en demeure, et j’en passe, le grand démocrate Donat Serres et son équipe de suiveurs sont restés de marbre.

Une véritable gang d’entêtés, qui tiennent mordicus à leur décision même si elle vient nuire à la quiétude d’un voisinage et retire un bel espace vert qui était prisé des familles et des garderies du coin. Une décision qui, faut-il le rappeler, a été prise sans consultation ni communication préalables.

Un grand ménage s’impose en 2021 à La Prairie !