Les écoles de la Commission scolaire n’ont pas de détecteurs de monoxyde de carbone

Photo de David Penven
Par David Penven
Les écoles de la Commission scolaire n’ont pas de détecteurs de monoxyde de carbone
(Photo : Gracieuseté – CSDGS)

Aucune école de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries (CSDGS) ne possède de détecteurs de monoxyde de carbone, à l’exception du Centre de formation Compétence-de-la-Rive-Sud (CFCRS) à La Prairie.
«Dans le CFCRS, il est obligatoire d’avoir ces détecteurs en raison du programme de mécanique auto qui est offert. On les retrouve, entre autres, dans les laboratoires, les ateliers et les entrepôts», a indiqué Hélène Dumais, régisseuse du secteur des communications à la CSDGS.
Les détecteurs du Centre de formation font l’objet, deux fois par année, d’entretien et d’inspection par une entreprise externe.
Si la Régie du bâtiment du Québec recommande l’installation de tels détecteurs, elle ne constitue pas, sauf exception, une obligation pour les autres lieux d’enseignement des commissions scolaires (écoles primaires et secondaires). C’est aux commissions scolaires de décider ou non d’en installer, a rappelé M. Dumais.
À la CSDGS, on indique que sur les 67 bâtiments de son parc immobilier (écoles primaires et secondaires, centres de formation et bureaux administratifs) 48 seraient éligibles à recevoir un système de détection du monoxyde de carbone. Ces édifices utilisent un système de combustion comme chauffage, en l’occurrence, le mazout ou le gaz naturel.
«Les autres bâtiments sont chauffés à l’électricité ou par géothermie», déclare Hélène Dumais.
La porte-parole de la CSDGS mentionne que les autres systèmes de chauffage qui pourraient, en cas de défectuosité, émettre du monoxyde de carbone sont étroitement surveillés.
«Ces systèmes sont minimalement inspectés quatre fois par année, précise-t-elle. Ils sont informatisés.»
 
Étudier la question
Lors de la séance des commissaires du 15 janvier, la question de procéder ou non à l’installation de détecteurs de monoxyde de carbone a été soulevée par un des commissaires.
«On n’a pas reçu de directive du ministère de l’Éducation à la suite de l’incident survenu le 14 janvier [école des Découvreurs de LaSalle]. Nous sommes en train d’étudier la question», explique-t-elle.
Aucun incident relié au monoxyde de carbone ne s’est produit dans les écoles de la CSDGS, a ajouté Mme Dumais. Avec les nouvelles constructions et la rénovation d’écoles, les systèmes à combustion sont appelés à disparaître.
Rappelons que l’école des Découvreurs à LaSalle a été évacuée en raison de la présence élevée de monoxyde de carbone dû à une défectuosité dans le système de chauffage. Plusieurs dizaines d’adultes et d’élèves avaient été incommodés.
 
À propos du monoxyde de carbone
Le monoxyde de carbone, aussi appelé CO, est un gaz toxique qui ne se voit pas et ne se sent pas. Il n’irrite pas les yeux ni les voies respiratoires. Quand une personne respire du monoxyde de carbone, ce gaz entre dans son sang et prend la place de l’oxygène, endommageant les tissus. Les symptômes peuvent aller de maux de tête et de nausées, jusqu’à la perte de conscience jusqu’au décès.  (Source: Gouvernement du Québec)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des