Sports

Mélissa Citrini-Beaulieu se doutait qu'elle monterait sur le podium

jeudi le 20 juillet 2017
Modifié à 0 h 00 min le 20 juillet 2017
Par David Penven

Si elle dit avoir était étonnée d’obtenir l’argent lors de la finale du plongeon 3 m synchro aux Mondiaux aquatiques à Budapest, le 17 juillet, Mélissa Citrini-Beaulieu admet que son résultat n’a rien de surprenant.

En raison des performances obtenues au cours de la saison qui s’achève, la résidente de Saint-Constant et sa partenaire de Laval, Jennifer Abel, se doutaient bien de pouvoir tirer leur épingle du jeu.

«Jennifer et moi avons eu une bonne année. Je ne m’attendais pas nécessairement de terminer en 2e position au championnat du monde, même si je savais que ce n’était pas quelque chose d’impossible. On n’a pas fait les choses différemment. On a fait comme dans les pratiques, c'est-à-dire en suivant notre rythme et en se faisant confiance», a déclaré la médaillée au Reflet.

Mélissa Citrini-Beaulieu ajoute que cette médaille augure bien pour l’avenir.

 

Complicité

Questionnée sur sa complicité avec sa partenaire Jennifer Abel, la Constantine se félicite de leur entente.

«J’ai une superbe belle relation avec Jennifer. Nous sommes de bonnes amies et avons la même éthique de travail. Notre caractère est très similaire, ce qui nous permet d’avoir les mêmes objectifs. On forme une superbe bonne équipe», souligne la plongeuse.

Sa coéquipière a rapporté des propos similaires dans le quotidien La Presse le lendemain de la compétition.

«Je l’ai prise sous mon aile comme Émilie [la plongeuse Émilie Heymans, détentrice de quatre médailles olympiques] l’a fait avec moi», a mentionné Jennifer Abel.  

S’entraînant une trentaine d’heures par semaine, Mélissa Citrini-Beaulieu a indiqué qu’elle compte participer en avril 2018 aux Jeux du Commonwealth en Australie. Elle désire en plus faire les Séries mondiales.

Quant à une éventuelle participation aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020, elle indique qu’avant de réaliser ce rêve, plusieurs étapes restent à franchir.

«C’est sûr que c’est quelque chose qu’on garde en tête, mais pour l’instant, on se concentre sur le présent, dit-elle. Souvent, il faut se concentrer sur nos objectifs à court et moyen terme si l’on veut atteindre un plus grand objectif.»