Culture

Mercier vue par... Paul Doucet

mardi le 27 juillet 2021
Modifié à 9 h 36 min le 27 juillet 2021
Par Marie-Josée Bétournay

L’artiste Paul Doucet. (Photo : Sarah Laroche)

Artiste multidisciplinaire, Paul Doucet monte sur la scène, est visible sur l’écran de salles de cinéma et participe à plusieurs téléséries. Lauréat du prix Meilleure interprétation masculine pour le film Les nôtres, au gala Cinéma Québec cette année, le comédien a remporté un prix Écrans canadiens en 2019, 3 trophées Artis, 6 Gémeaux et un Jutra au cours de sa carrière.  


Q: Pourquoi avez-vous choisi de vous établir à Mercier?

R: À l’origine, on est tombés amoureux d’abord et avant tout d’une maison. On a emménagé en 2002. C’était une maison que l’on trouvait belle, avec un grand terrain, dans un beau petit quartier, on avait un premier enfant. C’était un endroit, une communauté qui avait l’air le fun. Ça répondait à nos désirs, c’était une maison avec du cachet, du potentiel. On est tombés sur notre idéal. C’est un bel endroit pour élever les enfants, c’est paisible, une petite communauté, des gens qui se tiennent, des sports, des camps de jour, des écoles à proximité.


Q: Passez-vous beaucoup de temps à Mercier?

R: Bien sûr, je passe le plus clair de mon temps chez moi. On a le loisir d’avoir du temps. On peut être extrêmement occupés et d’autres moments, on a du temps que d’autres n’ont pas.


Q: Êtes-vous davantage urbain ou rural?

R: Un peu des deux. J’ai cet équilibre-là ici. Il y a une proximité à Mercier. On n’est pas très loin du centre-ville. Avec l’autoroute 30, on a accès au reste de la Rive-Sud rapidement. C’est un secteur qui est vraiment bien situé.
Sinon, c’est ma maison. Je désherbe, je m’occupe de mon terrain. Il n’y a pas grand-chose au fil du temps que je n’ai pas changé. Je suis assez habile de mes mains. Mon métier n’a pas beaucoup de concret. En rénovation, tu commences en début d’avant-midi avec un tas de bois et à la fin de l’après-midi, tu as un deck. Ça place l’esprit.


Q: Parlez-nous de l’un de vos coups de cœur à Mercier?

R: Ce que j’aime, c’est la communauté, le calme des gens. On se connait, on se côtoie, on se dit bonjour. Le voisinage est agréable. Si je n’y suis pas l’hiver, mon voisin passe la souffleuse. L’hiver quand il n’y est pas, je fais la même chose. Je suis porte-parole de la Fondation Charles-Bruneau. Pendant plusieurs années, j’ai organisé un événement de vélo stationnaire. La mairie m’a soutenu. On a une belle région pour le vélo. J’ai une région vélo, une région route verte. Les véhicules arrivent avec les vélos sur les toits, les gens stationnent et partent dans les rangs. Les rangs, c’est ma cour, c’est là où je m’entraine. C’est génial.


Q: Quelles sont vos bonnes adresses?

R: Fromagerie Ruban Bleu : C’est un petit joyau de la région. Ils font leurs fromages, sans compter les plats préparés sur place. Ils ont un relais-vélo aussi. C’est un endroit où il vaut la peine de s’arrêter pour goûter aux produits, rencontrer les propriétaires.

Brasserie & distillerie Champ libre : J’ai goûté leurs produits. Ils ont commandité une production cinématographique sur laquelle je travaillais (le film Snow Angel du réalisateur Gabriel Allard et de la comédienne Catherine Bérubé). Champ libre avait fourni la bière. J’ai goûté à leurs produits. C’est excellent. Je me promets d’y aller.

Resto-bar La Chapelle : L’endroit vient d’ouvrir avec un chansonnier les samedis entre autres. On a passé une belle soirée. On peut sortir, prendre une bière, écouter de la musique.


Q: Vous préférez les plans d’eau ou les espaces boisés?

R: Je préfère les plans d’eau. On n’est pas très très loin du lac Saint-Louis, on a accès assez rapidement à des plans d’eau intéressants. Je fais quelques voyages de pêche.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous