Objets perdus

Par Hélène Gingras
Objets perdus

Voici le billet du 27 janvier 2016 d’Hélène Gingras.

Perdez-vous souvent quelque chose?

Je ne sais pas ce qui m’arrive. Je n’arrive pas à garder mes affaires. J’ai l’impression de tout perdre. Tout le temps. Si j’étais une enfant et que je restais encore chez mes parents, je me ferais disputer presque chaque soir au retour de l’école. Sinon, je fouillerais en permanence dans la boîte des objets perdus.

En fait, pour dire vrai, je ne perds pas tout. Oui, j’égare quelques fois des objets. Un chandail dans la maison. Ou mon pantalon de neige qui semble avoir fondu comme neige au soleil. Mais je les retrouve généralement. Au bout d’un temps.

J’ai cependant deux bêtes noires, dont les gants. Depuis deux ou trois ans, j’ai fait mon deuil de m’acheter des gants qui valent cher. Parce que je suis incapable de les user à la corde. Au bout de quelques fois, je les égare généralement. J’ai donc pris l’habitude de les acheter en spécial. En plein été parfois. Et d’en avoir quelques paires.

Au début de l’hiver, j’en ai déniché une que j’aimais particulièrement. De couleur gris charcoal. En similifourrure. D’une douceur incomparable. Je pense les avoir portés une dizaine de fois tout au plus. Un soir, en rentrant à la maison, il m’en manquait un. Depuis, je suis incapable de me départir de l’autre au cas où. Même si je rêve en couleur…

La semaine dernière, j’en ai perdu une autre paire que j’avais depuis plusieurs hivers. Nettement moins beaux, mais chauds. Pas comme la seule paire qui me reste désormais. Celle dont les doigts me gèlent dès que le mercure tombe en-dessous de zéro. Vive la loi de Murphy.

Mon autre bête noire depuis quelques temps? Les bouteilles d’eau.  Celles qu’on amène au gym lorsqu’on s’entraîne. Qu’on dépose sur le banc des joueurs. Qu’on remplit avant de partir à vélo.

Je ne compte plus celles que j’ai perdues et achetées ces dernières années. Toutes plus belles ou colorées les unes que les autres. Aux marques célèbres: Reebok, Nike, etc.

En désespoir de cause, me voilà rendue à utiliser des bouteilles d’eau de source en plastique, de liqueur et même d’eau gazéifiée. Plus de drame quand je les perds. Ceux qui les trouveront n’auront qu’à les mettre au recyclage. Alors que mes gants perdus n’ont pas dû finir ailleurs qu’aux ordures. Soupir… Que de gaspillage.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des