Ouvrons les bras aux réfugiés

Depuis quelque temps déjà, quotidiennement les bulletins de nouvelles et les multiples reportages nous sensibilisent à la situation des migrants fuyant la persécution et la guerre. Personnellement, la rencontre vécue en janvier avec des réfugiés syriens et irakiens en Jordanie et au Liban m’avait permis de saisir un peu mieux leur situation, leur désarroi et leurs aspirations.

Depuis la photo du petit Aylan échoué sur une plage, toute la société prend conscience qu’il y a urgence à trouver une réponse appropriée à la souffrance intolérable de nos sœurs et frères migrants de Syrie et d’Irak. Nous comprenons qu’il ne suffit plus d’un partage financier avec eux. Il nous faut répondre à leur faim et leur soif de respect et de sécurité qui les poussent à tout quitter, même le pays qui leur tient tant à cœur. Il nous faut les accueillir, les accompagner, en somme leur offrir la possibilité de trouver chez nous une dignité vraiment humaine. Ne serait-ce pas ce à quoi nous invite le pape François quand il nous oriente vers les périphéries?

Nos communautés chrétiennes, paroisses et unités pastorales ont déjà acquis une vraie expérience en ce sens. L’accueil des «boat people» et des Haïtiens est un exemple parmi d’autres. Et nous savons pertinemment que l’accueil de nos frères et sœurs éprouvés a un impact positif sur nos communautés, devenant en quelque sorte une source de vitalité nouvelle.

Prions afin que le Père protège ses enfants, nos frères et sœurs. Qu’il nous donne l’Esprit afin qu’à la suite du Christ nous nous engagions pour la dignité de nos sœurs et frères en humanité!

Lionel Gendron,

Évêque de Saint-Jean-Longueuil

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des