Pluie d’avis d’infraction à la Plaza Delson

Pluie d’avis d’infraction à la Plaza Delson

C’est à proximité seulement de la station-service de la Plaza Delson que les usagers du transport en commun peuvent garer leur véhicule.

Crédit photo : Le Reflet - Hélène Gingras

L’histoire se répète: des utilisateurs du stationnement incitatif à Delson ont écopé d’un avis d’infraction de 57$ pour avoir garé leur voiture à la Plaza Delson, le 27 février.

«L’hiver dernier, un agent du stationnement m’avait dit que je pouvais me stationner dans le stationnement du Provigo, mais seulement dans la section collée sur la station d’essence, explique Véronique Blanchette. C’est ce que je fais depuis un an.»

C’est donc avec surprise qu’elle a reçu un avis qui affirmait que l’endroit où elle avait garé sa voiture était réservé aux clients de l’épicerie. Idem pour son mari.

«Je ne comprends pas. On m’a indiqué que cet endroit était correct et il n’y a pas de lampadaire avec une pancarte indiquant qu’on n’a pas le droit [contrairement à ailleurs à la Plaza Delson]», ajoute-t-elle.

Même son de cloche de la part d’Amanda Laprade. Elle a aussi reçu un avis pour avoir stationné sa Toyota à cet endroit. Selon elle, une soixantaine d’automobilistes ont subi pareil traitement.

Débordement

Joint au téléphone, le gestionnaire de la Plaza Delson, Patrick Beausoleil, de Gestion immobilière BTB, a expliqué au Reflet avoir dû sévir pour «protéger ses locataires».

«On a eu des plaintes de nos commerçants à l’effet que leurs employés ne pouvaient plus se stationner», a affirmé M. Beausoleil.

Même si elle n’y est pas tenue, la direction de la Plaza Delson permet aux usagers du stationnement incitatif d’utiliser certaines cases et tolère également les autobus du CIT Roussillon. Entre 150 et 200 automobilistes qui utilisent le transport en commun se prévaudraient de ce privilège quotidiennement, selon lui.

Or, ces stationnements sont situés dans une zone précise. Ils se trouvent entre la station-service et l’allée centrale du centre commercial, parallèle au boulevard Georges-Gagné.

«Les zones délimitées ne sont plus respectées et on pense avoir fait le maximum pour aviser les gens avant la date butoir, poursuit M. Beausoleil. Depuis deux semaines, j’ai moi-même avisé des automobilistes.»

Ci:«Nous, on ne fait pas de revenus avec ça.»

– Patrick Beausoleil, de Gestion immobilière BTB

C’est pourtant dans la zone dite autorisée que Mmes Laprade et Blanchette, ainsi que le conjoint de cette dernière, ont affirmé avoir immobilisé leur véhicule.

«Si ces personnes sont certaines d’avoir été au bon endroit, elles devraient appeler la compagnie qui a émis les avis d’infraction pour contester», a suggéré le gestionnaire de BTB.

Voyant le flou qui sévit, M. Beausoleil se demande si le Réseau de transport métropolitain (RTM) a avisé les automobilistes des endroits de stationnement permis.  Le Journal lui a lancé l’idée de marquer l’asphalte pour délimiter la zone permise ou d’adopter un affichage à cet effet.

Manque de places

Le manque de places de stationnement est criant au parc incitatif. Le réseau de transport métropolitain a promis d’ajouter cette année 90 places supplémentaires. Dans un courriel envoyé au Journal, une porte-parole du RTM, Elaine Arsenault, a fait savoir que le projet avance.

«Les plans et devis devraient être prêts en mars, a-t-elle écrit. Actuellement, le mandat est complété à 70% et nous prévoyons recevoir les documents préliminaires dans les prochains jours.»

L’échéancier prévoit que les travaux débuteraient cet été en vue d’une mise en service à l’automne.

 

54 ou 75 $

L’avis d’infraction émis par la compagnie privée Stat Parc indique que les contrevenants ont sept jours pour le payer. Après cette date, l’avis sera de 74,73$.

À lire aussi : Les avis donnés par «erreur» pourront être annulés

Ailleurs, des pancartes ont été installées sur les lampadaires pour marquer l’interdit.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar