Un premier pas pour de l’Internet haute vitesse à Saint-Mathieu et Saint-Philippe

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Un premier pas pour de l’Internet haute vitesse à Saint-Mathieu et Saint-Philippe
(Photo : Depositphotos)

Un projet d’implantation de la fibre optique dans 35 municipalités de la Montérégie, dont Saint-Mathieu et Saint-Philippe, a reçu un appui financier de 4,8 M$, versé à parts égales par les gouvernements du Québec et du Canada.
Le fournisseur Targo Communications, qui est à l’origine du projet, couvrira le montant restant, soit près de 1,2 M$. Le dossier de l’entreprise basée à Sainte-Clothilde a été retenu par les programmes Québec branché et Brancher pour innover visant à fournir des services Internet haute vitesse aux localités qui sont mal ou non desservies.
Le projet consiste en l’implantation d’une autoroute de fibre optique qui traversera les municipalités ciblées.
«Il s’agit d’une première phase vers le branchement des foyers à Internet haute vitesse, explique Pierre Brodeur, chargé de projet chez Targo Communications. Par la suite, nous ou n’importe quel autre fournisseur pourrons se brancher sur la ligne dorsale et louer de la bande passante aux résidents.»
M. Brodeur ne cache pas qu’il aurait été plus efficace de brancher directement les résidents à la fibre optique en même temps que l’implantation de la dorsale, mais les coûts auraient été plus élevés.
Le gouvernement fédéral a toutefois déjà ciblé quelque 2096 résidences de la Montérégie qui seront directement branchées à la ligne principale. Ces domiciles sont visés, puisqu’ils n’ont pas accès à un service Internet d’au moins 5 mégabits par seconde, explique M. Brodeur. Aucun foyer de Saint-Mathieu ou Saint-Philippe n’est touché étant donné que ce service est déjà offert partout.
«Il y a cinq ans, l’Internet haute vitesse était à 3 mégabits par seconde. Aujourd’hui, 5, c’est la base», explique-t-il.
Pas à court terme
Les mairesses de Saint-Mathieu et Saint-Philippe rencontreront l’entreprise Targo Communications bientôt afin de savoir de quelle façon le service se déploiera dans leur municipalité, ont-elles indiqué au Reflet.
«C’est une annonce intéressante, mais ce n’est pas demain matin que les résidents auront l’Internet haute vitesse», tempère Lise Poissant.
De son côté, Johanne Beaulac est satisfaite de l’annonce, mais rappelle qu’elle ne répondra pas à court terme aux besoins des résidents en milieu rural.
Le député fédéral de La Prairie, Jean-Claude Poissant, affirme qu’il s’agit d’«une excellente nouvelle pour Saint-Philippe et Saint-Mathieu, deux municipalités qui attendent impatiemment cette nouvelle depuis plusieurs années», indique-t-il.
Les travaux d’implantation devraient se terminer dans 3 ou 4 ans, précise Targo Communications.
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des