Rattraper les moments précieux en famille

Rattraper les moments précieux en famille

La famille de Jacques Beaulieu a accueilli récemment un nouveau membre.

Père de trois enfants, Jacques Beaulieu avoue qu’il aurait aimé passer plus de temps avec ses filles et son garçon lorsqu’il a fondé son entreprise Tapis Aladin en 1997 à Sainte-Catherine. Aujourd’hui grand-père et entrepreneur épanoui, il profite pleinement des moments précieux en famille.

Employé à temps plein pour la compagnie Nortel dans les années 90, M. Beaulieu s’est lancé dans la création d’une entreprise «pour combler un manque de challenge dans son travail, explique-t-il. Le nettoyage de tapis m’a accroché. J’ai fait des formations avec les années et je me suis spécialisé dans plusieurs domaines.»  

Sa fille aînée n’avait que quatre ans lorsque Tapis Aladin est né.

«Je travaillais les soirs et les fins de semaine. Je l’avoue, ce n’était pas évident, car je voulais bâtir quelque chose de solide et ça prenait beaucoup de mon temps», admet le Sainte-Catherinois.

Parfois absent lors des petits moments quotidiens comme le souper ou l’heure du dodo, M. Beaulieu tenait toujours à se porter volontaire pour les activités scolaires et les pratiques sportives.

«C’était important de créer des liens. Mes enfants étaient jeunes à ce moment-là. Ils ne comprenaient pas beaucoup la situation, mais ma femme était super, car elle leur expliquait tout», mentionne celui qui est en couple avec sa Julie depuis 30 ans.

Impliqué dans le soccer de son fils et dans la ringuette de ses filles, aussi entraîneur au hockey à l’occasion, l’entrepreneur a éventuellement délaissé son emploi chez Nortel pour passer plus de temps en famille.

«Je travaillais environ 45 heures pour Nortel et 30 heures pour Tapis Aladin», affirme-t-il.

Une génération qui s’implique

Sa fille de 22 ans étant maman, Jacques Beaulieu rattrape aujourd’hui les moments privilégiés avec son petit-fils.

«C’était difficile de ne pouvoir coucher mes enfants qu’un soir sur trois, mais j’en profite maintenant avec lui», raconte-t-il.

Son fils de 17 ans commence également à s’impliquer dans l’entreprise.

«Il va travailler avec moi cet été et débute des études en gestion pour gérer la compagnie plus tard. Il m’impressionne beaucoup», admet le papa plein de fierté.

M. Beaulieu ne regrette pas son choix d’avoir quitté son emploi à temps plein pour administrer Tapis Aladin.

«Aujourd’hui, j’écoute les jeunes gens d’affaires qui se vantent de faire des semaines de 75 heures et je me dis que ce genre d’horaire ne m’intéresse plus du tout», conclut-il.

Jacques Beaulieu

Profession: propriétaire de l’entreprise de nettoyage Tapis Aladin.

Situation familiale: marié depuis 30 ans et père de trois enfants de 17, 20 et 22 ans.

Horaire de travail: lorsqu’il avait ses deux emplois, il travaillait 75 heures par semaine. Aujourd’hui, le nombre d’heures tourne autour de 35 à 40.

Un clin d’œil important: «Mes filles me parlent encore de notre moment Tim Hortons où on allait manger  ensemble avant ou après leurs matchs de ringuette», se rappelle-t-il.

Monoparentalité, garde partagée, absence impromptue; les pères entrepreneurs ont su se lever face aux réalités familiales d’aujourd’hui. À l’occasion de la fête des Pères, découvrez aussi l’histoire de Michel Leclerc et David Lemelin.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar