Reconnaissants envers de bons Samaritains qui ont attrapé leur chien après 12 jours de cavale

Par Michel Thibault
Reconnaissants envers de bons Samaritains qui ont attrapé leur chien après 12 jours de cavale
Umberto Paolitto, Micheline Dépatie et leur précieux Shadow. (Photo : Andrew Clark)

Le goût soudain d’un chien pour l’aventure a montré que l’humain pouvait aussi être le meilleur ami de l’humain en ce début d’année 2020.

D’un naturel pantouflard, Shadow a remarqué le 29 décembre une ouverture dans la cour où il habite à Châteauguay. La porte de la clôture était mal fermée. Le vent l’a ouvert grand. Le golden/labrador âgé de dix ans a profité de l’occasion pour aller explorer les environs en solitaire. Ses maitres Micheline Dépatie et Umberto Paolitto ont constaté sa disparition avec stupeur quelques heures plus tard. Ce fut le branle-bas. Les heures passaient, toujours pas de Shadow.

«Inquiets, ce n’est pas le mot. On était en deuil. On n’a pas d’enfant. Shadow, c’est notre bébé», a confié Micheline Dépatie en entrevue au Soleil de Châteauguay le 15 janvier. Elle et son conjoint étaient alors aux anges et infiniment reconnaissants. Après 12 jours de cavale, leur Shadow était de retour chez eux. Amaigri de 20 livres, les pattes blessées, mais bien vivant. Ce, grâce à de bons Samaritains qui se sont donné la main, qui ont retracé le fugitif, et l’ont ramené au bercail.

«On est émus, on n’en revient pas. Ce sont des gens que je ne connais pas qui ont aidé. Je ne peux pas croire qu’autant d’étrangers sont sortis pour ramener notre chien. C’est un conte de fée, apprécie Micheline Dépatie. On voit qu’il y a vraiment du bon monde.»

Aperçu

Les maîtres de Shadow n’ont pas ménagé les efforts pour le retrouver. Ils ont posé 200 affiches dans la Ville, ils ont publié un avis de recherche dans Le Soleil de Châteauguay et passé le mot sur les réseaux sociaux.

À l’origine d’un groupe voué à la protection des pitbulls, Meeka Gibbs a été interpellée. «J’ai reçu 30 messages demandant d’aider», fait part la résidente de Châteauguay. En se rendant faire un don de nourriture à la SPCA de Beauharnois, elle a aperçu Shadow.

Pendant quelques jours, la femme et son fils Marc-André ont arpenté des champs de maïs et les boisés le long de l’autoroute 30. Le jeudi, Sharon Chartrand s’est jointe à eux. Et ils ont repéré Shadow. «On a marché derrière lui pendant trois heures et demie. On l’a quasiment eu. Il était blessé, il boitait. Il a grogné quand on a approché et on n’a pas pu l’attraper», relate Meeka Gibbs. Elle précise qu’avancer dans les boisés et à travers champs n’était pas facile. «Je suis tombée plusieurs fois. Un moment donné, en arrivant à la maison, je me suis rendu compte que je saignais d’un peu partout à cause des branches qui me griffaient», dit-elle.

Elle a salué son fils autiste âgé de 25 ans qui a relevé le défi de l’accompagner. «Il a surmonté des peurs», souligne-t-elle fièrement.

La battue

Pour augmenter les chances de réussite, Meeka Gibbs a lancé une invitation aux gens sur sa page pitbull sur Facebook le vendredi 10 janvier pour faire une battue : rendez-vous rue Paul à Léry à midi. «Je m’attendais à voir une ou deux personnes. Quinze personnes se sont présentées. C’était magnifique !» se réjouit-elle.

Le photographe Andrew Clark et sa conjointe Erika Oostven étaient du nombre.

«On était en congé. On planifiait donner une heure ou deux», indique Andrew. Sa blessure a peut-être sauvé la vie de Shadow. «Après environ 30 minutes, on a trouvé des traces de pattes avec du sang, ça a facilité les recherches», observe le photographe. Un des bons Samaritains était à VTT. Il a suivi les taches rouges. Et Shadow est apparu. Effrayé, le chien s’est éloigné dans le bois. «Il fallait du monde à pied. On était sur l’adrénaline. On a fait une chaîne humaine pour ne pas manquer un spot», relate Andrew Clark. «C’était comme dans une scène de Hollywood.»

Shadow a terminé son escapade dans un enclos pour les poules aménagé dans une cour à Léry. «Il est allé dans le poulailler et le monsieur a fermé la porte. Après 12 jours, on a capturé Shadow ! C’était merveilleux ! Tout le monde se donnait des high five», dit Andrew. La chasse a duré 1h45. «On a marché 3,27 km sans raquette dans la neige et l’eau», note-t-il.

Des photos du groupe avec le fugitif ont suscité des élans de bonheur sur les réseaux sociaux. Les participants vont avoir l’occasion de se revoir bientôt et de reparler de leur bon coup. Micheline Depatie et Umberto Paolitto les ont tous invités au restaurant à la fin janvier pour les remercier.

(Photo Andrew Clark)
Meeka Gibbs and her son Marc-Andre. Meeka Gibbs et son fils Marc-André. (Photo gracieuseté)
(Photo Andrew Clark)
(Photo Andrew Clark)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des