Sainte-Catherine reçoit 1 M $ pour stopper l’érosion des berges de la Saint-Régis

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Sainte-Catherine reçoit 1 M $ pour stopper l’érosion des berges de la Saint-Régis
Érosion des berges de la rivière Saint-Régis (Photo : Gracieuseté - Ville de Sainte-Catherine)

Dans sa volonté de freiner l’érosion des berges de la rivière Saint-Régis, la Ville de Sainte-Catherine comptera sur une aide financière de 1 M$ octroyée par le gouvernement du Québec dans le cadre du programme Climat municipalités – Phase 2 pour y parvenir.

À lire aussi: Un organisme veut prévenir l’érosion des sols le long de la rivière Saint-Régis

La ministre de l’Enseignement supérieur et députée de Sanguinet Danielle McCann en a fait l’annonce au nom de son collègue du ministère de l’Environnement, Benoît Charette.

Selon le communiqué envoyé le 8 février, la subvention permettra à la Municipalité de tester une nouvelle pratique sur une période de deux ans et demi pour stabiliser la totalité des berges.

«Les interventions proposées se rapportent aux génies végétal et hydraulique. Si elles visent une stabilité complète et permanente des berges, elles prévoient également une augmentation de la superficie des zones végétalisées et de l’habitat du poisson, ainsi que l’élimination des espèces végétales exotiques envahissantes», est-il indiqué.

Le ministère de l’Environnement se réjouit par le fait même que «l’écosystème et la biodiversité de la rivière soient préservés». Il évoque la possibilité que la Ville de Sainte-Catherine puisse «révolutionner l’aménagement et l’entretien des rivières en milieu bâti grâce à cette technique audacieuse et efficace».

Plan financier

Le dossier de la stabilisation des berges de la rivière Saint-Régis en est un de longue date. L’accentuation des changements climatiques augmentant la fréquence des grandes crues et des pluies hivernales est à l’origine de l’érosion aux abords depuis une vingtaine d’années, est-il rapporté.

La sauvegarde du cours d’eau et des terrains adjacents en dépend carrément, rappelle la mairesse Jocelyne Bates qui remercie les intervenants impliqués dans ce dossier prioritaire.

«La concrétisation de ce projet, à portée désormais régionale, sera possible lorsque l’ensemble du plan de financement sera complété», ajoute-t-elle.

Invitée par Le Reflet à préciser davantage cet aspect, la Ville a répété qu’un «plan de financement complet, incluant l’apport de subventions supplémentaires, est en cours d’élaboration». La Municipalité avait échafaudé un scénario financier détaillé en 2018, prévoyant un règlement d’emprunt de 7,8 M$, avant de faire marche arrière dû à la colère de citoyens. La répartition des coûts était alors critiquée.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Éric Bouchard
Éric Bouchard
2 mois

Cet usage récent qui veut que la rivière se nomme Saint-Régis à Sainte-Catherine est curieux. Depuis le Régime français, c’est bien plutôt la rivière du Portage, rivière formée de la confluence de la rivière Saint-Pierre et de la rivière Saint-Régis et qui rappelle l’importance du portage qui devait être effectué du fait des rapides. Pourquoi voudrait-on ainsi appauvrir notre toponymie locale?

Le roussillonneur
Le roussillonneur
2 mois

J habite la ville depuis 15 ans et je découvre cette histoire. Je dois être un hermite, je n au aucun souvenir de ces consultations etc.

En tout cas le changement climatique a bon dos. 1 million c est énorme (et que dire de 8?).