Sanguinet : Un candidat conservateur aux élections provinciales

Sanguinet : Un candidat conservateur aux élections provinciales

Nikolai Grigoriev, candidat du Parti conservateur du Québec dans Sanguinet.

Crédit photo : Le Reflet - David Penven

Lorsque que Nikolai Grigoriev fait son porte-à-porte pour présenter les idées de son parti, les citoyens lui répondent: «Pourtant, les élections fédérales sont seulement dans un an». Le candidat dans Sanguinet et résident de Brossard doit alors expliquer que sa formation, le Parti conservateur du Québec (PCQ), n’a pas de lien avec celui du fédéral.

Le père de famille de 41 ans, qui en est à sa première expérience à titre de candidat, s’est impliqué en politique municipale dans sa ville au sein de la formation de l’actuelle mairesse Doreen Assaad.

Il affirme que son approche est similaire à celle qu’il prône dans son travail dans les technologies de l’informatique. Originaire de Russie, M. Grigoriev a émigré au Canada en 2004.

«J’ai la capacité de comprendre les problèmes, de les évaluer, de les analyser et de prendre une décision en tenant compte du résultat qui touche le plus grand nombre de citoyens», affirme celui-ci.

Militant depuis un an pour le PCQ, M. Grigoriev, doit composer avec le peu de ressources logistiques dont dispose son parti.

«Le parti a été relancé récemment. C’est un parti très jeune», explique le candidat qui n’a pas de local électoral.

Il a constaté lors de ses tournées dans Sanguinet que les électeurs sont cyniques face à la politique.

«On me dit que tous les politiciens sont les mêmes, qu’on ne les croit pas. C’est un peu inquiétant. Je leur dis que justement je m’implique en politique pour lutter contre ça. Cette indifférence envers la chose politique n’est pas bonne pour la démocratie», poursuit le candidat du PCQ.

À la question pourquoi ne s’est-il pas présenté dans La Prairie, ville voisine de Brossard, M. Grigoriev répond qu’un candidat de son parti avait été désigné dans la circonscription de La Pinière lorsqu’il a commencé à militer pour la PCQ.

Pas de promesses

Comme engagement principal, Nikolai Grigoriev, promet de ne pas faire de promesses.

«Je ne veux pas faire de promesses pour satisfaire tous les groupes d’électeurs. Si je suis élu, mon premier geste, enchaîne-t-il, sera d’analyser la situation dans Sanguinet, avec des méthodes modernes et scientifiques basées sur des données fiables.»

M. Grigoriev veut réaliser une «radiographie» de la circonscription avant de prendre des décisions. En guise d’exemple, il cite le transport collectif.

«Il y a seulement 9,8% des gens qui utilisent le transport en commun. Est-ce que le transport ne fonctionne pas? Le réseau ne couvre pas les destinations des gens? Est-ce que c’est pratique de créer le réseau de transport qui coûte super cher et qui va servir à une petite partie de la population? Je ne suis pas sûr que le REM et le tramway sur la 132 soient les meilleures solutions», s’interroge le représentant du PCQ.

Commenter cet article

avatar