Sauvons le boisé

C’est dans l’édition du Reflet de la semaine dernière que j’ai appris que le promoteur Habitation Trigone allait construire des immeubles aux abords des commerces de la Plaza Delson. Construire à proximité des transports en commun et des commerces est près de l’idée que je me fais de l’urbanisme du 21e siècle et je salue l’initiative de développer le secteur du stationnement incitatif. Toutefois, le promoteur compte débuter son projet résidentiel dans les secteurs dits sous-développés du terrain.

Ce qui est visé notamment, ce sont les terrains boisés derrière le centre commercial.

Ce petit boisé est tout à fait particulier et possède une grande valeur écologique, à mon avis. C’est une vieille forêt composée d’une grande variété d’arbres feuillus, dont certaines espèces sont susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables, autrement dit, déjà rares. Une petite promenade dans le boisé permet vite de constater la majestuosité des arbres qui s’y trouvent.

La MRC de Roussillon a perdu une grande superficie de milieux naturels ces dernières années. Plusieurs exemples me viennent facilement en tête: le marais de Saint-Constant (dont il reste quelques miettes au parc du Centre culturel Denis-Lord), ou encore le fameux projet Symbiocité, à La Prairie. Les vieilles forêts sont tout autant menacées par l’étalement urbain et celle-ci, bien que petite, n’en possède que plus de valeur, considérant qu’elle est la dernière de sa qualité des kilomètres à la ronde.

Au lieu de construire dessus, ce boisé devrait servir à augmenter l’intérêt pour ce nouveau développement résidentiel qui pousserait sur les terrains de l’actuel cinéma et l’ancien Hart. Rappelons aussi que la présence d’espaces verts augmente la valeur des maisons environnantes. La Ville devrait en faire un parc où les résidents actuels et futurs de Delson bénéficieraient d’un espace boisé où ils pourraient profiter de la nature, et ce, près de la maison.

Kevin Quirion-Poirier,

originaire de Delson,

étudiant au baccalauréat en biologie

 

Commenter cet article

avatar