«Si la personne a les qualités pour jouer junior élite, son sexe n’a aucune importance»

Par Katherine Harvey-Pinard
«Si la personne a les qualités pour jouer junior élite, son sexe n’a aucune importance»
(Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

L’histoire d’un des meilleurs espoirs du Québec en baseball, Danick Lachance-Plante, devenu Victoria Lachance, a été au cœur des discussions dans le monde du sport au cours des dernières semaines. L’entraîneur-chef des Ducs de Longueuil, Louis-Karl Pedneault, en a discuté avec Gravité Média.
Recrue d’excellence la saison dernière au sein des Aigles de Trois-Rivières, Victoria Lachance est ainsi devenue la première joueuse transsexuelle de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ). Bien qu’il n’ait jamais vécu de situation semblable au sein d’un club de baseball, Louis-Karl Pedneault est heureux de savoir que la joueuse est mieux dans sa peau.
«Je ne pense pas que c’est quelque chose de facile pour Victoria, lance d’entrée de jeu l’entraîneur-chef des Ducs. De le faire dans une équipe de sport, c’est encore plus difficile. Elle n’a pas eu peur de le faire, et c’est vraiment génial.»
«J’ai surtout aimé l’acceptation rapide des coachs, poursuit-il. Ce n’est pas nécessairement une situation facile ou connue; je ne pense pas que ce soit arrivé dans la ligue depuis qu’elle existe. J’ai aimé la réaction générale de tout le monde autour de ça, ç’a vraiment été l’fun à voir.»
Aucun communiqué n’a été publié sur le sujet par Baseball Québec, mais plusieurs de ses membres ont signifié leur appui à la joueuse. Dans l’organisation des Ducs, tous étaient unanimes.
«Tout le monde était sur la même longueur d’onde, trouvait que c’était une bonne nouvelle et était content pour elle», souligne l’entraîneur-chef.
Faire confiance à la maturité
Le baseball junior élite étant composé uniquement de garçons, il convient de se questionner à savoir si Victoria Lachance fera face à des insultes sur ou à l’extérieur du terrain. Louis-Karl Pedneault est confiant sur ce point et ne croit pas qu’une intervention soit nécessaire.

«D’après moi, on ne sera pas obligé de faire un avertissement quelconque, soutient M. Pedneault. Je pense que c’est assez dit, assez clair, assez connu. Si je parle pour mes joueurs, ce ne sont plus des jeunes, ce sont des adultes. La grande majorité ont 18 ans et plus. Je pense qu’ils sont assez matures pour réagir de la bonne façon.»
«On est en 2019; c’est quelque chose qui est connu. Je pense que les jeunes savent maintenant que c’est quelque chose de possible.»
– Louis-Karl Pedneault, entraîneur-chef des Ducs de Longueuil

S’adapter
Victoria Lachance est le premier cas de transsexualité dans le monde du baseball québécois, mais rien ne dit qu’elle sera la dernière. Baseball Canada et Baseball Québec devront-ils se pencher sur ce genre de situations et éventuellement établir une procédure officielle?
«Est-ce qu’il va y avoir plus de situations de ce genre que dans les 20 dernières années? C’est certain, croit Louis-Karl Pedneault. Comment va réagir la ligue? Je ne le sais pas et ce n’est pas à moi de me prononcer.»
«Personnellement, mon opinion est que si la personne a les qualités pour jouer junior élite, son sexe n’a aucune importance. À partir de là, si on veut mettre des règles, ce n’est pas à moi de décider. La seule chose que je sais c’est que Danick est devenu Victoria et qu’elle a les qualités pour jouer junior élite. C’est tout ce qui importe pour moi», conclut-il.
 
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des