Taxis en grève lundi : des services d’exo pourraient être perturbés

Par Vicky Girard
Taxis en grève lundi : des services d’exo pourraient être perturbés
(Photo : Pixabay)

Après s’être rassemblés le 24 mars en après-midi, les propriétaires et chauffeurs de taxi ont pris la décision de tenir une grève à compter du 25 mars. exo avise que certains services pourraient être perturbés.
«En raison des moyens de pression exercés par les chauffeurs de l’industrie du taxi, les services de taxibus, de taxi collectif et de transport adapté d’exo pourraient être perturbés le lundi 25 mars, dès 7h», laisse savoir exo sur son site Web.
La compagnie de transport précise qu’«en fonction de la disponibilité des chauffeurs, la priorité sera accordée aux déplacements liés à des rendez-vous médicaux. À ce point-ci, exo ne peut garantir que tous les déplacements prévus seront assurés».
Projet de loi 17
Cette grève est un moyen de pression contre le projet de loi 17, déposé par François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie. Celui-ci vise une déréglementation de l’industrie du taxi et la régularisation de services comme ceux d’Uber.
Le gouvernement propose «une vaste réforme de l’encadrement légal des services de taxi et de transport sur demande par application mobile», peut-on lire sur le site Web de la CAQ.
«Depuis longtemps, notre gouvernement s’était engagé à moderniser l’industrie du taxi et des nouveaux services offerts par applications mobiles. Avec le dépôt de ce projet de loi, nous tenons parole. […] Nous avons résolument choisi de placer les intérêts des usagers, qui veulent bénéficier de services compétitifs et accessibles, au centre de ce projet de loi», ajoute M. Bonnardel.
«En ce qui nous concerne, le projet de loi 17 est totalement inhumain. Il envoie sciemment et sans détour près de 22 000 familles à la faillite, au bénéfice d’une multinationale sans foi ni loi. Ce terrain-là est brûlé, on ne voit pas comment on peut bâtir dessus. Pour avancer, il faut carrément retirer le projet de loi 17», affirme Abdallah Homsy, porte-parole pour l’industrie du taxi par voie de communiqué.
Pour sa part, Serge Lebreux, porte-parole des taxis en région, soutient dans le même communiqué que «déréglementer le taxi pour faire plaisir à Uber, c’est très mal comprendre combien les taxis sont un service essentiel en région. Les Québécois ne vivent pas tous au centre-ville de Montréal».
exo invite ses usagers à consulter son site Web et le compte Twitter de leur secteur d’autobus dès lundi matin, à 5h30.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des