Touriste chez moi

Touriste chez moi

Des canards s'alimentent en bordure du fleuve à la hauteur du RécréoParc à Sainte-Catherine.

Voici le billet du 26 juillet 2017 d’Hélène Gingras, chef de contenu des hebdos Le Reflet et Coup d’oeil.

Quel genre de touriste êtes-vous?

Au cours des ans, j’ai visité de nombreux endroits au Québec. Au Canada et ailleurs dans le monde. Pour aller voir des attractions qui piquaient mon imagination ou ma curiosité.

Je me souviens d’avoir roulé dans de la gravelle poussiéreuse pendant plus d’une heure pour me rendre à la mine désaffectée de Murdochville, en Gaspésie. D’avoir soigneusement planifié ma journée pour m’assurer que la marée soit basse lors de mon passage au parc provincial des rochers d’Hopewell, au Nouveau-Brunswick. Afin de pouvoir marcher dans ce décor extraordinaire.

Plus tôt, cet été, je me suis rendue à l’Oratoire Saint-Joseph à Montréal. Pour me perdre parmi les nombreux touristes de toutes origines lors d’un beau dimanche. Après avoir fait un saut au cimetière Notre-Dame-des-Neiges pour prier sur la tombe de mes grands-parents. Puis, saluer Émile Nelligan qui se trouve tout près.

J’ai aussi emprunté un Bixi à Longueuil à deux occasions. Pour traverser le pont Jacques-Cartier jusqu’à Montréal. Je me promettais de le faire depuis longtemps. Parce que je n’avais jamais fait de vélo à Montréal. Alors que j’en ai emprunté à Miami, à Cuba et à Beyrouth, au Liban…

Il est là le problème. On a trop tendance à croire qu’il faut prendre l’auto ou l’avion et se rendre à l’autre bout du monde pour découvrir quelque chose. Être dépaysé. Pourtant, si les touristes sont des millions à venir à Montréal et en Montérégie chaque année, c’est qu’il y a ici aussi un lot d’attractions à découvrir.

Moi la première, je me suis prélassée sur les plages du monde. Pour chiller avec un roman et un drink. Avec un sentiment de bien-être, de bonheur. Alors que je demeure à quelques minutes de la plage du RécréoParc. Où je n’ai jamais étendu ma serviette…

Néanmoins, j’ai souvent pique-niqué au RécréoParc. J’y ai marché. J’y ai fait du patin à roues alignées l’été, de la raquette l’hiver. J’ai aussi mis les pieds au musée Exporail par le passé. Je me suis promenée à pied dans le Vieux-La Prairie. Pour le plaisir de parcourir ses rues plus que trois fois centenaires et aller casser la croûte à l’une de ses tables.

Récemment, je me suis enthousiasmée de voir le pont Jacques-Cartier illuminé.

Je rêve maintenant de me promener sur le fleuve. Qui se trouve aussi à deux pas de chez moi.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar