Le Train des fêtes passe tout droit à Saint-Constant avant de revenir

Le Train des fêtes passe tout droit à Saint-Constant avant de revenir

Jonathan Roy était un des artistes invités du Train des fêtes pour une deuxième année consécutive.

Le premier arrêt à vie du Train des fêtes du Canadien Pacifique à Saint-Constant n’est pas passé inaperçu. Le convoi est passé tout droit, avant de revenir sur ses pas quelques minutes plus tard pour faire son spectacle.

Peu après 19h, des milliers de gens, petits et grands, étaient massés à la gare du chemin Sainte-Catherine et les cris d’exclamation ont fusé lorsque le train illuminé est lentement arrivé en gare… sans jamais s’arrêter.

Stupéfaits et convaincus que c’était terminé, plusieurs spectateurs sont alors partis.

«Il ne devait pas y avoir un spectacle?» a demandé une maman à un autre couple.

Au bout de quelques minutes, le convoi a fait marche arrière pour revenir à la gare. Après s’être immobilisé enfin, il s’est remis en marche pour s’arrêter un peu plus loin, semant encore une fois la confusion parmi la foule. Le wagon-spectacle s’est finalement ouvert sur la voie du chemin Sainte-Catherine.

Invité à prendre la parole, le maire de Saint-Constant, Jean-Claude Boyer, a pris le parti d’en rire.

«Saint-Constant est la première ville où le Train des fêtes est passé deux fois dans la même soirée!» a-t-il lancé au micro.

Commentaires mitigés

L’expérience n’a pas été concluante pour tous.

«On est revenus trois fois sur nos pas», a déploré Mélanie Bousquet, venue de Longueuil, avec son conjoint et ses filles.

Ils sont repartis un peu déçus du déroulement. Il s’agissait de leur première participation. Idem pour Suzanne Lussier, de Saint-Constant, qui s’était déplacée avec ses enfants et petits-enfants. Ces derniers ont quitté avant la fin.

«Je m’attendais à entendre plus de chansons de Noël», a-t-elle regretté.

Pour sa part, Éléna Raduleska, aussi de Saint-Constant, a apprécié sa soirée, comparé à l’année passée à Delson.

«On avait passé une heure dans la navette», a-t-elle dit.

Cette fois, elle et son bambin n’ont eu qu’à marcher quelques minutes pour se rendre, puisqu’ils demeurent dans le domaine Roussillon.

Éric Tremblay, qui s’était déplacé de Valleyfield avec ses deux filles, est reparti satisfait de sa soirée.

«On se dirigeait vers la sortie quand ma sœur a vu le train revenir, a-t-il raconté. On s’est arrêté au passage à niveau et on s’est retrouvé

à 15 pieds de la scène. Mes filles ont bien apprécié.»

»Nous nous excusons pour les inconvénients causés et remercions ceux qui ont donné à la banque alimentaire locale.»

-Jeremy Berry, responsable des relations avec le médias pour le CP

Commenter cet article

avatar