Un camion sans queue ni tête !

Par Yanick Michaud
Un camion sans queue ni tête !
(Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Une imagination débordante, 56 000 métiers, une tonne de talent et maintenant un camion à deux têtes.  

Michel Ranger, propriétaire de la Marina de l’Anse à Les Coteaux, ne cesse de surprendre. Sa dernière invention, un camion à deux volants pour faciliter les manœuvres de mise à l’eau des bateaux qui se trouve dans sa marina. « Je n’ai pas large de terrain et je devais toujours m’y reprendre à plusieurs reprises pour mettre le bateau dans le bon sens, reculer, mettre à l’eau en utilisant le rétroviseur. Avec ce camion, je suis toujours par en avant », rigole ce mécanicien, soudeur, forgeur, menuisier et on en passe.

Le septuagénaire a pensé à son camion en se basant sur ce qui se fait dans l’industriel. « Les skylifts. Ils vont dans les deux directions sans changer de côté. Je me suis inspiré de ça et des lift trucks », plaide-t-il, installé à l’un des deux volants de son bolide unique.

Un génial patenteux

L’ancien directeur du service incendie de Les Coteaux est à la retraite depuis de nombreuses années. Il se tient occupé en fabriquant toutes sortes d’engins sur son terrain. « J’ai patenté toutes sortes de choses dans ma vie. Ça me tient occupé. À la retraite, il n’y a que deux choses importantes. Le jour qu’il est et l’heure qu’il est. Entre les deux, tu dois t’occuper », raconte Michel Ranger qui a commencé à toucher à la mécanique à l’âge de 12 ans, dans le garage de son père. « Il faut qu’il soit occupé. Le jour où il ne pensera plus à ses choses, ce sera fini », lance son épouse, Jocelyne, fière de son mari, « qui fait tout. »

 

Jocelyne, la femme de Michel Ranger est fière de ce que fabrique son mari qui a toujours un projet en tête. Un Jeep 1943 à remonter, une dameuse de pistes de motoneiges, une remorque hydraulique. Les projets et les idées fusent sur la rue Principale à Les Coteaux. (Crédit photo : Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

 

Effectivement, le père de famille, maintenant heureux grand-père, a été à l’école des Arts et des Métiers sur Larocque, maintenant transformée en salon de quilles, dans son adolescence. « J’ai fait une neuvième année à la campagne, ici à Les Coteaux. Mais à Valleyfield, ils disaient que ça équivalait à une 7e année. Alors j’ai commencé avec le premier métier. Forgeron. Par la suite j’ai touché à tout », raconte avec moult souvenirs et détails l’homme de 76 ans.

Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin

Un camion fait de toutes pièces

L’inventeur a utilisé deux camionnettes Chevrolet de type pick-up, un Silverado 1500 et un Cheyenne 2500 pour n’en faire qu’un. « J’ai un seul moteur, une seule transmission, mais deux différentiels qui tournent. Les freins sont trafiqués parce que ça ne fonctionnait pas avec l’ABS », explique sommairement celui qui a bidouillé des liens sous le capot. « Mon vieux pick-up était rouillé, alors je ne pouvais pas le vendre, il ne valait rien. Je l’ai utilisé », avise-t-il, avec son regard d’enfant qui joue avec des blocs Lego. « Je suis souvent seul pour mettre les bateaux à l’eau. Alors je me débrouille. Je me donne de bons outils », dit Michel Ranger. Il a amorcé son projet en septembre 2018 et qui y met la touche finale ces jours-ci.

Il a travaillé sept jours sur sept à la fabrication de son bolide. Celui-ci fera tourner bien des têtes. « Je m’attends à avoir beaucoup de visite. J’ai plein de choses à montrer. Je ne manque pas d’idées », conclut-il, flanqué de son fils Benoit, lui-même capitaine des pompiers à Valleyfield.

 

Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des