Un détaillant obligé de fermer crie à l’injustice

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Un détaillant obligé de fermer crie à l’injustice
(Photo : Pixabay)

Marc-Olivier Lanctôt conçoit difficilement qu’il ait été obligé de fermer son commerce de matériaux de construction en vertu des directives gouvernementales, alors que ses compétiteurs à grande surface ont l’autorisation de poursuivre leurs activités. Le propriétaire de Lanctôt, couvre-sol et design demande au gouvernement de rétablir ce qu’il qualifie d’une «injustice concurrentielle».

L’entrepreneur, qui opère à Saint-Isidore et Longueuil, a fait parvenir une lettre d’opinion à Gravité Média «pour mettre en lumière une situation que les entrepreneurs et les propriétaires de PME locales vivent à travers la crise du COVID-19, et des conséquences de certaines incohérences auxquelles nous sommes exposées».

M. Lanctôt fait valoir que les bannières en quincaillerie «n’ont pas dû fermer leurs portes ni même adapter leur offre de produits et services sous réserve qu’ils seraient porte-étendards des services essentiels». Il cite notamment Rona, Home Depot, Canac et BMR, qu’il accuse de faire preuve d’opportunisme.

Dans un contexte où les Québécois entreprennent des rénovations, font des travaux de peinture ou portent attention à la décoration de leur maison, les quincailleries font des affaires d’or en temps de pandémie. Pour l’entrepreneur qui doit regarder la parade passer, les conséquences sont majeures.

«Les ventes qui devaient être reportées dans le temps et «mises sur pause» sont en réalité redirigées vers ces organisations qui peuvent toujours les recevoir. Nos précieux clients initient de cette façon de nouveaux projets chez nos compétiteurs et dans certains cas, annulent leur commande chez nous. Nous devrons donc absorber des dépenses causées par des annulations en plus de perdre d’importants revenus dans un contexte extrêmement éprouvant financièrement», déplore-t-il.

M. Lanctôt raconte avoir reçu plusieurs courriels et appels de clients voulant prendre possession du matériel commandé et stocké dans les entrepôts de l’entreprise.

«Lorsque je dois poliment refuser en leur rappelant nos obligations, je reçois des annulations, des «vous comprendrez M. Lanctôt que mes rénovations vont continuer». Les autres appels, ce sont des annulations, à coup de centaines à travers notre organisation», résume-t-il.

L’entrepreneur en va jusqu’à implorer le gouvernement «d’imposer des règles commerciales plus sévères et plus équitables pour le bien de la santé publique, pour la protection des employés du commerce de détail et pour tous ces commerces de détail non-essentiels qui doivent encaisser le coût de cette injustice concurrentielle».

Selon lui, les commerces essentiels de son milieu devraient fermer leurs sections de produits non-essentiels. Il les invite aussi à demander aux clients ce qu’ils cherchent dès leur entrée, afin d’en évaluer la nécessité.

«Ainsi, en mon sens, il serait mal justifié de permettre l’achat d’un ensemble de jardin ou d’un barbecue comme étant une nécessité de base», remarque-t-il.

«Le temps file, ajoute-t-il, et je ne souhaite pas enterrer avec mes collègues entrepreneurs de belles entreprises, victimes non seulement de la crise du COVID-19, mais surtout de l’inégalité concurrentielle engendrée par cette situation.»

À lire aussi Un employé reproche le magasinage non urgent de clients

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Bouthillette René Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Bouthillette René
Guest
Bouthillette René

Triste situation que celle-ci surtout que le Kébékois est tellement solidaire et comprend si bien le concept de l’achat local !

Triste et gênant …