Un film sur la culture péruvienne tourné à Sainte-Catherine

Par Vicky Girard
Un film sur la culture péruvienne tourné à Sainte-Catherine
L’équipe lors du tournage qui prenait place au Collège Charles-Lemoyne, le 31 août. (Photo : Gracieuseté)

Le Collège Charles-Lemoyne sera mis en vedette dans un projet de comédie musicale nommée Los Campeones – Les Champions mettant en valeur la culture péruvienne. Des scènes y ont été tournées avec une élève de l’école secondaire, le 31 août.

Romina Espinoza, âgée de 16 ans, participe au projet avec la troupe de danse Club Libertad Ottawa-Gatineau, qui travaille à la promotion de la marinera, danse traditionnelle du nord du Pérou.

Ses aptitudes dans cette discipline lui ont permis de se faire remarquer par des producteurs de Esencias et Sky films.

«Ma fille a fait plusieurs compétitions de danse, notamment au Pérou, où nous allons une fois par année avec le Libertad», dit sa mère, Luisa Maria Torres. Depuis 2012, la Sainte-Catherinoise d’origine péruvienne accompagne sa fille dans des compétitions de danse de toutes sortes partout dans le monde. L’adolescente a découvert la marinera grâce à des amis de la famille et excelle dans ce style. Elle a remporté la première place lors d’une compétition internationale de marinera du Club Libertad Filial Ottawa-Gatineau.

«Le Collège Charles-Lemoyne est transformé en Centre Bell pour recréer une compétition de danse.»

-Maria Luisa Torres

Ce titre lui a permis de devenir ambassadrice du Pérou au Canada. Elle donne maintenant des ateliers de danse dans cette discipline. De plus, son rôle l’a menée à participer à la semaine de la compétition internationale de marinera à Trujillo au Pérou, en janvier 2018.

«Des producteurs nous ont proposé de participer au projet pour diffuser la culture du Pérou, mais aussi pour y mélanger la culture québécoise», explique la mère de Romina Espinoza.

Le film raconte l’histoire de la troupe de danse. Des scènes ont été tournées au Pérou, aux États-Unis et à Montréal.

«On souhaite vraiment faire découvrir toutes les cultures et l’intégration aux jeunes à travers ce projet», fait valoir Mme Torres.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des