Actualités
Culture

Un jeune danseur de Saint-Constant accumule les réussites

vendredi le 13 mai 2022
Modifié à 14 h 22 min le 13 mai 2022
Par Vicky Girard

vgirard@gravitemedia.com

Raphaël Tousignant s’entraîne chaque jour dans un programme de sport-études à son studio de danse Volte-Face. (Photo gracieuseté)

Le jeune Constantin Raphaël Tousignant ne chôme pas depuis son passage à l’émission Révolution. Des plateaux de tournage aux compétitions, le danseur dit gagner en confiance et en technique avec chaque nouvelle expérience. 

«Je suis vraiment fier de mon évolution depuis deux ou trois ans. J’ai amélioré ma technique et mon interprétation sur la scène. J’ai définitivement plus confiance en moi», confie l’adolescent de 13 ans.

À lire aussi: Un jeune danseur de Saint-Constant en vedette à Salut Bonjour

Les téléspectateurs ont pu le voir performer au petit écran lors du Gala Mammouth en décembre, puis à Star Académie dans un numéro chorégraphié notamment par son mentor Alex Francoeur, en février. 

«Après la pandémie, ça m’a fait du bien de retourner sur la scène pour ces tournages. La scène et les plateaux, c’est complètement différent. J’aime vraiment les deux», explique Raphaël Tousignant. 

Ce dernier dit également être heureux de vivre une saison de «compétition réelle», puisque les studios de danse compétitionnaient de manière divisée en raison de la COVID-19 lors des deux dernières années. Ils ne se retrouvaient donc pas au même endroit au même moment. 

«C’est le fun de voir l’évolution des danseurs, de les revoir et de danser devant un public», confie-t-il.  
Lors de l’événement Bravissimo à la fin du mois d’avril, le Constantin a obtenu la note la plus élevée pour un solo dans la catégorie 13 ans et plus, tous styles confondus, alors qu’il représentait son studio de danse Volte-Face de l’école Louis-Philippe-Paré à Châteauguay.

De plus, il représentera la région de Montréal lors des Nationaux de Candance du 3 au 8 juillet à Ottawa. 

Premier film 

Raphaël Tousignant a également décroché son premier rôle de danseur dans un film de la chaîne jeunesse Nickelodeon. Les tournages ont eu lieu cet hiver. 

«Il y a eu un processus d’audition, mais avec la COVID-19, c’était un peu différent. C’était donc en vidéo. C’est un film américain, mais qui a été tourné à Montréal. Il y a eu des pratiques en studio, puis l’essayage de costumes et des répétitions à l’extérieur. C’était des grosses journées», détaille sa mère Caroline Hébert. 

Les détails quant au titre du film et sa diffusion ne sont pas dévoilés pour le moment.  

De son côté, l’adolescent décrit l’expérience comme «magique et encore plus incroyable que je pensais».
Il exprime également son excitation face aux nouveaux contacts qu’il a créés et des portes qui pourraient s’ouvrir à l’international. 

«C’est un de mes plus grands rêves depuis que je suis petit de voyager pour danser», partage-t-il. 

Ce dernier s’envolera d’ailleurs vers le Massachusetts aux États-Unis dans les prochains mois. Il a été sélectionné pour s’entraîner avec le studio de danse CLI. Ce dernier est reconnu mondialement pour ses cours virtuelles et offre un camp intensif à son nouveau conservatoire. 

Mme Hébert souligne que son fils demeure humble et travaille fort. 

«C’est très important. On est conscients qu’il est privilégié et qu’il a eu de bonnes opportunités, mais il demeure concentré sur ses études et son art», ajoute-t-elle.