Un jeune planchiste vise le sommet

Par Vicky Girard
Un jeune planchiste vise le sommet
(Photo : Le Reflet - Vicky Girard)

Sidney Ragot a dévalé ses premières pentes à l’âge de 4 ans en suivant les traces de son père. Maintenant âgé de 11 ans, il participe à toutes les compétitions de planche à neige possible afin de se tailler une place sur les podiums. 
Pierre Ragot a rapidement transmis sa passion à son fils, sans avoir à le pousser.
«Il n’a jamais trouvé ça difficile. Déjà petit, il voulait attacher ses bottes, se lever sur sa planche et descendre du remonte-pente par lui-même», raconte-t-il.
Celui-ci fait de la planche à neige depuis une trentaine d’années, mais il n’a jamais compétitionné.
Sa conjointe, Devon Reid, souligne que c’est grâce à son autonomie que son beau-fils performe autant dans ce sport.
«Sidney n’a pas froid aux yeux», confirme son père.

Le planchiste était déjà doué à l’âge de 4 ans.

Compétitions
Sidney Ragot est entré dans le monde compétitif de la planche à neige en 2018. Depuis, il a participé à une quinzaine d’événements et a remporté deux médailles de bronze dans la catégorie 10 à 11 ans, à la compétition provinciale de Québec Snowboard au début de janvier et aux Axis Junior Games au mont Gabriel, le 26 janvier.
Il s’entraîne deux à trois fois par semaine. La plupart du temps, il dévale les pentes du mont Belle Neige dans les Laurentides. Il pratique aussi des figures sur un trampoline. L’été, il fait de la planche à roulettes pour développer ses habiletés.

«Des fois, je tombe et c’est dur. Ça m’arrive de me décourager, mais je me relève et je continue.»
-Sidney Ragot

L’adolescent poursuivra son parcours scolaire à l’école secondaire Jacques-Leber à Saint-Constant en sports étude l’année prochaine.
Il souhaite faire de sa passion une carrière. Il fait partie d’une équipe reconnue par l’association Québec Snowboard, FBI Snowboard, entraînée par le planchiste Jean-Philippe Éthier.
«Dans une équipe, tu sais que tu fais partie de quelque chose et tu peux t’entraîner avec les autres. On s’aide beaucoup», explique-t-il.
Investissement familial
Tous les temps libres des membres de la famille du jeune athlète sont consacrés à la planche. Il souhaite évoluer dans le slopestyle, soit les sauts et les rampes.
«C’est important de soutenir un enfant qui est passionné comme ça», dit Mme Reid.
«Je riais des parents dont les enfants jouent au hockey, car ils courent à gauche et à droite. Finalement, c’est pareil avec la planche», blague M. Ragot.
Son fils fait partie des rares jeunes qui préfèrent de loin bouger que jouer aux jeux vidéo.
«Si je joue à des jeux vidéo, c’est des jeux de skate ou de snowboard, mais ça n’arrive pas souvent. J’aime mieux bouger», dit le jeune athlète.
Pour se concentrer sur la planche à neige, il a même renoncé à jouer au basketball. Il a choisi ce sport, notamment parce que ça lui permet de se défouler.
«Quand je suis fâché, ça me défâche», dit-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des