Un Longueuillois se départit d’un chandail d’Alexander Ovechkin pour des milliers de dollars

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Un Longueuillois se départit d’un chandail d’Alexander Ovechkin pour des milliers de dollars
Alexander Ovehckin a glissé sur le dos lorsqu’il a inscrit le but. (Photo : Gracieuseté - Goldin Auctions)

Un collectionneur de Longueuil pourrait frapper un grand coup… d’argent! Détenteur du chandail original que portait le joueur de hockey Alexander Ovechkin lorsqu’il a signé le but le plus spectaculaire de sa carrière en 2006, l’homme a placé aux enchères l’objet de valeur qu’il a acquis pour plusieurs dizaines de milliers de dollars il y a deux ans.

Les amateurs de hockey, le Longueuillois en tête, n’ont pas oublié ce but marquant, et surtout, la manœuvre du numéro 8 des Capitals de Washington pour y parvenir. Glissant sur le dos après être entré en collision avec un défenseur de l’équipe adverse, Ovechkin a réussi à pousser la rondelle derrière le gardien sans la regarder. Dans le milieu, il est surnommé «The Goal».

Pour M. Courteau, qui préfère taire son prénom, ce but représente un moment historique dans la carrière du capitaine des Capitals.

«C’est un symbole de ce qu’il est devenu comme joueur. En marquant ainsi, il a dit: peu importe les circonstances, je vais marquer quand même», fait remarquer le collectionneur au bout du fil.

Ce dernier conçoit encore difficilement qu’il ait pu mettre la main sur le chandail que portait Ovechkin lors de ce match. Il évoque une mauvaise gestion de l’équipe pour l’expliquer.

«Il est possible d’acheter en prévente un maillot avant le début de la saison pour 10 000$. Toutefois, les équipes peuvent les retenir s’ils le veulent. Après la saison 2005-2006, les Capitals auraient pu le faire, en raison du but historique, mais ils ne l’ont pas gardé», relate M. Courteau.

Le chandail a donc déjà appartenu à d’autres collectionneurs avant que celui de Longueuil ne mette la main dessus. L’objet est présentement entreposé en lieu sûr au New Jersey et est conservé dans un état impeccable. M. Courteau ne l’a eu en sa possession, physiquement, que pendant un mois, lorsque l’encanteur l’a fait livrer chez lui, souligne-t-il.

«J’ai fait une photocopie du chandail pour l’encadrer. Je préfère acheter et essayer de gagner le produit plutôt que de me dire ‘’j’aurais donc dû!’’ affirme-t-il pour justifier sa passion. Il faut cependant bien connaître et reconnaitre la valeur du produit.»

Potentiel de vente

Pourquoi s’en départir maintenant? Celui qui a déjà aussi acquis aux enchères un trophée de Jean Béliveau estime que «le chandail a atteint son potentiel ultime de vente et qu’il est prêt à trouver un nouveau preneur».

Les collectionneurs intéressés ont jusqu’au 16 mai pour se manifester sur le site Goldin Auctions, qui gère le processus.

Demandant une mise initiale de 10 000$, l’encanteur en a reçu 33 000$ jusqu’à présent et espère faire monter le lot au cours des prochains jours. Les certificats d’authentification accompagnent l’item. Le Longueuillois a tenté de joindre les Capitals de Washington pour leur offrir, mais en vain, dit-il.

Par ailleurs, une caractéristique du chandail le rend encore plus inusité, souligne M. Courteau.

«Il a été conçu pour la saison 2004-2005, mais cette dernière a été annulée en raison du lock-out, raconte-t-il. Ils ont donc ajouté l’inscription 2005-2006 sur l’étiquette pour préciser qu’il a été porté l’année suivante.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des