Un nettoyeur de La Prairie adopte le virage vert

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Un nettoyeur de La Prairie adopte le virage vert
Les machines à laver chez Daoust nettoyeurs écoperformants nécessitent 2,4 kilowatts par nettoyage, alors que la machine avec solvant produit 15 kilowatts par nettoyage à sec. (Photo : Le Reflet - Audrey Leduc-Brodeur)

Les solvants toxiques ont fait place à l’eau et au savon biodégradable à la succursale de Daoust Nettoyeurs écoperformants qui a ouvert ses portes en mai à La Prairie.

La nouvelle bannière à vocation environnementale de la chaîne de nettoyeurs a éliminé l’utilisation du perchloroéthylène, un produit dégraissant généralement utilisé pour nettoyer à sec les vêtements. Elle l’a remplacé par une nouvelle technologie, l’Aquaperformance.

«Il s’agit d’une protection appliquée sur les vêtements avant qu’ils soient lavés dans l’eau. Ça nous permet de nettoyer tous les types de tissus, même la laine et le cuir, sans les abîmer. Nous n’utilisons que des savons biodégradables», explique Stéphanie Felton, propriétaire-franchisée des succursales de La Prairie et Brossard.

Mme Felton précise que l’Aquaperformance permet de sauver du temps et de l’argent, puisqu’un cycle de lavage sans solvant dure environ 25 minutes, alors que son opposé toxique prenait deux heures à être complété.

Lors du passage du Reflet mercredi matin, les deux laveuses roulaient à plein régime dans le local situé dans le carrefour commercial Destination La Prairie. Plus de 3 000 vêtements sont nettoyés, détachés ou blanchis sans eau de javel et autre produit chimique par semaine, souligne la propriétaire.

«On redonne vie aux vêtements de façon écologique. Comme je suis préoccupée par les changements climatiques, c’est naturel de vouloir faire une différence pour l’environnement», ajoute-t-elle.

À propos du perchloroéthylène

Le gouvernement du Canada réglemente l’utilisation du perchloroéthylène dans le nettoyage à sec. La loi vise à réduire les rejets de ce solvant dans la nature en exigeant l’utilisation de machines plus efficaces et effectuant la collecte et l’élimination des résidus et des eaux usées contenant le perchloroéthylène. Des nettoyeurs ont déjà été mis à l’amende par le ministère de l’Environnement pour ne pas avoir disposé correctement des résidus du solvant.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des