Une bière de la ferme à la pompe brassée à Franklin

Une bière de la ferme à la pompe brassée à Franklin

Trevor Livingstone a converti une grange à charpentes en bois centenaire en une brasserie moderne sur la Covey Hill à Franklin.

Crédit photo : Lianne Finnie

(Texte Sarah Rennie – Traduction Eric Tremblay) Quand le rêve de Trevor Livingstone de mettre sur pied sa propre brasserie a commencé à se matérialiser en 2016, le choix de Livingstone pour nommer l’entreprise représentait plus que son nom de famille.

Il se rappelle toujours quand il ramassait des pierres sur la terre à Havelock. Son père, Gary, était propriétaire d’une carrière. Son frère est devenu tailleur de pierres alors qu’avec son père, Trevor est devenu paysagiste spécialisé dans les travaux de pierre. La paire de marteaux sur le logo honore la longue tradition familiale de travail de qualité, d’attention du détail et de finesse, acquise lors de sa carrière de paysagiste où il devait réunir les différents éléments de la nature pour en faire quelque chose de beau. Et comme tous les amateurs de bières artisanales le comprendront, un grand verre au bon moment est une chose merveilleuse.

Depuis plusieurs années, les rumeurs d’une brasserie sur la Covey Hill résonnent dans la région. En fait, la brasserie attire l’attention et les amateurs depuis une publication Facebook en 2016. C’était alors devenu un secret de polichinelle. La plupart n’y ont pas encore goûté. Et avec la grande ouverture prévue quelque part au début de la prochaine année, Trevor Livingstone est maintenant prêt à servir ses premières pintes aux visiteurs de la seule ferme-microbrasserie du Haut-Saint-Laurent.

«Je voulais ouvrir ma propre brasserie depuis que j’ai commencé à brasser ma propre bière à la maison il y a 10 ans, a-t-il indiqué. Je voulais une vraie ferme-microbrasserie et l’installer dans une grange. » La brasserie et la salle de dégustation ont été installées dans une ferme centenaire construite en charpentes de bois. Imprégnée de tradition, avec la nature et sa localité, une ferme-microbrasserie brasse ses bières à partir des ingrédients qui ont été cultivés sur la ferme. La grande de Livingstone se situe sur un terrain familial, et le partenariat d’affaires avec son père lors de la conversion de la vieille grange. Celle-ci loge désormais la salle de dégustation, la brasserie, ainsi qu’un entrepôt et une cuisine dotée d’un four à pizza. «Ça été très intense et beaucoup de travail, mais le produit final démontre que ça en valait la peine, a dit Livingstone qui a prôné l’achat local dans la construction de la brasserie.

De connaisseurs de bières à brasseurs

Un connaisseur de bières extrême – comme plusieurs, il a commencé à brasser sur une cuisinière avant d’investir tranquillement sur des systèmes de brassage au fur et à mesure que sa passion pour les bières artisanales grandissait. «Le plus tu t’y intéresses, le plus tu développes ton réseau, explique-t-il. Son admission au Club des brasseurs de Montréal lui a permis de rencontrer et brasser avec différentes brasseries.

Loin d’être un traditionnaliste, Livingstone songe à utiliser des ingrédients différents ainsi que produits locaux dans ses bières en évitant le cliché des nouvelles bières. «Tout ce qui est comestible peut être utilisé dans la fabrication d’une bière, assure-t-il. Livingstone mentionne avoir récemment goûté une bière brassée avec de la mélisse, de l’oseille et de la rhubarbe de la ferme des Quatre-Temps, bien connue et située à Hemmingford.

Livingstone travaille désormais avec un système à cinq barils Blichmann, dix barils de fermentation et un carbonateur. Il va également servir des bières fermentées en cask.

L’objectif est d’offrir 10 bières en fût en tout temps ainsi que deux options sans alcool, comme du kombucha et du café infusé à froid. Les visiteurs pourront déguster le breuvage de leur choix dans une pinte sur place ou dans un contenant pour emporter comme une bouteille ou un grogneur.

La majorité des travaux a été complétée à la brasserie. Seulement la terrasse avec l’aménagement en pierres et la portion ferme, où le houblon pousse déjà et qui accueillera d’autres cultures au printemps.

La brasserie Livingstone ouvrira officiellement au début de l’année 2019.

Commenter cet article

avatar