Actualités

*REPORTÉES Usine : pas d’impact sur le compte de taxes, assure Saint-Philippe

mardi le 14 septembre 2021
Modifié à 8 h 34 min le 20 septembre 2021
Par Audrey Leduc-Brodeur

Étangs aérés de Saint-Philippe. (Photo gracieuseté)

MISE À JOUR Les rencontres d'information ont été reportées à une date ultérieure, puisque le délai pour signer la promesse d'achat du terrain a été prolongé, informe la Ville. Les participants ont été avertis. 

La Ville de Saint-Philippe tiendra deux séances d’information à propos de la construction de l’usine de traitement des eaux usées, le samedi 18 septembre. Si elle ne va pas de l’avant avec la réalisation de ce projet sur lequel elle planche depuis 2015, c’est le futur de la Municipalité qui est en jeu, assure cette dernière en entrevue avec Le Reflet.

À lire aussi: Trois grands projets changeront Saint-Philippe en 2021

Ce chantier n’entraînera aucune hausse de taxes. C’est le message que la Ville martèlera à l’occasion de ces rencontres publiques, affirme le directeur général Martin Lelièvre. Ce, malgré un règlement d’emprunt de 35,9 M$ adopté par le conseil, le 24 août. Ce montant doit couvrir la construction du nouveau bâtiment, ainsi que celle d’un pont pour circuler dans le secteur des étangs aérés où les eaux usées sont actuellement acheminées.

Pour mener à terme ce projet sans que le compte de taxes des citoyens ne soit affecté, la Municipalité signera sous peu une entente avec un promoteur pour lui vendre le site des étangs aérés, qui ne seront plus utiles lorsque l’usine sera en fonction. Un nouveau quartier résidentiel appelé Galia est projeté à cet endroit.

Le montant de la transaction, 24 M$, permettra de résorber une partie de l’emprunt. Les revenus découlant du projet, comme les droits de mutation et les taxes, combleront la différence, détaille M. Lelièvre. Ce dernier évalue que d’ici 2028, la Ville aura récupéré les 35 M$ empruntés. La mise en fonction de l’usine est quant à elle prévue en 2024.

«Le développement d’une Ville repose sur ses infrastructures, soutient le directeur général qui décrit la spirale dans laquelle se trouve actuellement la Municipalité. Il y a une effervescence à Saint-Philippe, notamment avec la requalification de deux secteurs de maisons mobiles. Ce sont de nouveaux résidents, donc ce sont de nouveaux besoins aussi.»

«L’objectif est d’augmenter notre richesse foncière pour pouvoir ensuite offrir des services de qualité aux citoyens.» -Martin Lelièvre, directeur général

Selon lui, il y a un retard à rattraper en matière de services offerts aux citoyens.

«Mais pour leur donner une plus belle qualité de vie, ça prend des sous et les sous passent par le développement. Il reste peu de territoire à développer à Saint-Philippe et ce qu’il reste, on veut bien le faire», affirme-t-il.

De plus, les quatre étangs actuels ne permettent plus de combler la quantité d’eaux usées reçues, d’où la nécessité de bâtir une usine de traitement, résume M. Lelièvre.

Ce dernier précise que ce projet n’est pas éligible à une subvention du gouvernement.

Prix respectant le marché

À ceux qui estiment que la Ville aurait pu laisser le site au promoteur à un montant plus élevé, M. Lelièvre rappelle que seul 1,7 million sur les quelque 2,4 millions de pieds carrés pourra être utilisé pour y accueillir des unités d’habitation. Un total de 560 d’entre elles, de typologies diverses, est prévu. Des parcs, ainsi que des sentiers pédestres et cyclables y seront aussi aménagés.

«C’est un terrain complexe à développer et le prix respecte la logique du marché», affirme le directeur général.

À terme, la valeur des constructions résidentielles dans ce quartier atteindra 275 M$, précise la Ville.

«Ce projet phare pour Saint-Philippe sera le plus important et novateur développement résidentiel du secteur et aura des retombées positives pour l’ensemble des citoyens. On estime la richesse foncière résidentielle de ce quartier à plus de 300 M$», ajoute la Municipalité, dans un communiqué de presse.

Séances d’information

Les citoyens sont invités à assister à l’une des deux séances d’information le 18 septembre, à 10h30 et 13h30. Puisque la capacité d’accueil est limitée, il faut réserver sa place par courriel à infra@ville.saintphilippe.quebec ou par téléphone au 450 659-7701, poste 224. En plus du plan financier, l’impact des travaux sur la circulation routière sera aussi abordé. Les citoyens pourront poser leurs questions aux intervenants. Un avis public sera diffusé par la suite, puis les citoyens pourront voter au registre le 23 septembre s’ils souhaitent tenir un referendum sur la question.

 

 

 

 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous