VIDÉOS – Aux commandes d’un bateau, c’est Alcool Zéro

Par Yanick Michaud
VIDÉOS – Aux commandes d’un bateau, c’est Alcool Zéro
Les policiers de la Sûreté du Québec ont lancé l’Opération Alcool Zéro qui dure toute la fin de semaine et vise à sensibiliser les plaisanciers aux dangers de la consommation d’alcool et de drogue sur l’eau. (Photo : (Photo Yanick Michaud))

Les policiers de la Sûreté du Québec ont donné le coup d’envoi à l’édition 2020 de l’Opération Alcool Zéro, sur les cours d’eau de la province.

Celle-ci se tient annuellement chaque première fin de semaine d’août et sert à sensibiliser les plaisanciers à la consommation d’alcool ou de drogue sur une embarcation. « Nous visons à éduquer les plaisanciers, parce que ce qui est recommandé pour le capitaine, c’est d’être sobre. Annuellement, nous effectuons des milliers d’interventions. En 2019 par exemple, nous avons effectué 4200 de celles-ci. Nous avons émis 500 constats », indique le sergent Nicolas Voyer, coordonnateur de la brigade nautique de la Sûreté du Québec.

Il compte sur une flotte de 74 embarcations dans la province. Le bateau qui patrouille dans le secteur de la Baie Saint-François, la baie des Brises, Saint-Zotique, soit Beauharnois et Valleyfield, sur le lac Saint-François est l’un des plus gros de l’escadrille. « Nous avons des caméras thermiques pour la navigation de nuit comme de jour. Quatorze de nos embarcations sont équipées comme celle-ci. Parce que c’est l’un des coins les plus achalandés par les plaisanciers au Québec », raconte-t-il.

Ne pas boire idéalement

Contrairement à toutes les autres provinces canadiennes, les navigateurs peuvent consommer sur l’eau. Toutefois, surtout pour le capitaine, on recommande la tolérance zéro. « Une consommation sur l’eau équivaut à trois sur la terre ferme. La déshydratation, la fatigue, les vagues, la chaleur, le soleil, les conditions de navigation font en sorte d’altérer les réflexes », explique Nicolas Voyer qui gère des centaines de policiers formés à naviguer sur l’eau.

Quant aux possibles mises en accusation, ce qui s’applique au Code criminel, c’est la même chose que sur la route. C’est 0,08. Mais encore faut-il comprendre que le taux d’alcool et les capacités affaiblies sont des choses distinctes. Que ce soit par l’alcool ou la drogue. Il faut en tout temps avoir la capacité de conduire. Sinon l’agent peut sévir. Et les conséquences pénales sont les mêmes que dans une automobile.

L’alcool est la seconde cause en importance quant au nombre de noyades sur les plans d’eau du territoire desservi par la Sûreté. La première étant le non-port du VFI. « Il faut toujours être attentif. Nous profitons de cette campagne de sensibilisation pour rappeler aux gens les recommandations et vérifier qu’ils possèdent les équipements de sécurité requis, de même que les cartes de compétence. Malheureusement, de 75 à 90 % des gens à bord d’un bateau ne portent pas le VFI lorsque le bateau est en marche », admet le sergent, flanqué de son capitaine pour la journée, l’agent patrouilleur Jérémie Dubuc.

La Sûreté du Québec, la GRC et la Garde côtière vont naviguer et intervenir auprès des plaisanciers toute la fin de semaine dans le cadre de l’Opération Alcool Zéro. Mais la prévention se pratique toute la saison. La consommation d’alcool est en cause dans 40 % des incidents impliquant un bateau, selon le Conseil canadien de la sécurité nautique.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Inconnu
Inconnu
1 mois

Bonjour les plaisanciers prenne de la boisson a bord entre les écluses de sainte Catherine et saint Lambert beau spot faire les fou a bord de leurs embarquations merci