Une vieille arnaque refait son apparition

Une vieille arnaque refait son apparition

.

Un lecteur qui a évité de tomber dans une arnaque commise par deux individus a communiqué avec Le Reflet pour mettre en garde la population.

Travaillant dans le secteur public, celui-ci a demandé à ce qu’on conserve son anonymat.

«L’événement est arrivé le 12 juillet après que j’aie effectué un dépôt au guichet automatique d’une institution financière à La Prairie.  En retournant vers ma voiture, j’ai aperçu un camion de location et deux hommes se sont approchés de moi», explique-t-il. 

Un des hommes a prétendu être un livreur qui venait de terminer sa journée de travail. Il a affirmé avoir livré une douzaine de colis comprenant du matériel électronique dans le secteur. Faute d’adresse, un dernier paquet n’aurait pu être délivré.

«Il a expliqué, en me montrant des papiers, qu’il travaillait pour une compagnie de Québec et qu’il devait écouler le contenu de ce dernier colis.  Sinon, les gars de la manufacture allaient revendre ce matériel et mettre l’argent dans leurs poches», poursuit le témoin.

Celui-ci se fait alors offrir les items, soit un système de son et deux tablettes électroniques.

«Son complice m’a montré un iPad. Il m’a demandé d’acheter ces articles en promettant de ne pas chercher à les revendre et de garder le secret. Ils ont insisté en disant que le guichet était à côté et que j’avais juste à retirer l’argent. J’ai dit non et j’ai quitté les lieux», continue le citoyen.

Il s’étonne que le duo ait agi en plein jour.  

 

Fraude connue

La Régie intermunicipale de police Roussillon a mentionné au Journal être au courant de ce stratagème qui ne date pas d’hier.

«Je suis policier depuis une quinzaine d’années et j’ai entendu des histoires similaires», déclare l’agent François Michaud, porte-parole à la Régie.

Toutefois, il n’y a pas de recrudescence de cas liés à cette méthode particulière.

«Le fait de solliciter des gens pour vendre du matériel n’est pas criminel à moins que celui-ci n’ait été volé. Par contre, faire de la sollicitation dans un endroit public sans avoir obtenu un permis de la Ville n’est pas légal», mentionne le policier.

Le porte-parole déconseille aux gens d’acheter des objets sans avoir de garantie.