Auteur récompensé par le Conseil montérégien de la culture et des communications

Par Joëlle Bergeron
Auteur récompensé par le Conseil montérégien de la culture et des communications

«Quand on écrit et qu’on est choisi par une maison d’édition, on ne s’imagine pas que ce qu’on fait va avoir un impact. Ce prix est vraiment tout un honneur pour moi», a déclaré l’auteur Samuel Champagne après avoir reçu le Prix relève du Conseil montérégien de la culture et des communications (CMCC).

Le 17 mars, le futur doctorant de La Prairie a été honoré à la Place Excelsior à Bedford aux côtés de Walter Scott, récipiendaire du prix du créateur de l’année.

L’auteur a publié trois romans jeunesse dans la collection Tabou des Éditions de Mortagne. Éloi, son plus récent, traite de transsexualité.

«Samuel Champagne s’est distingué par son talent pour aborder, avec intelligence et fluidité, des sujets délicats, des thèmes importants, a témoigné Jérémie Boudreault, artiste multidisciplinaire et membre du jury. Samuel ose ouvrir des portes fermées. Son travail, à la fois touchant et inspirant, contribue positivement à modifier l’opinion publique.»

Ému d’avoir été choisi, Samuel Champagne a tenu à remercier les jeunes et les parents qui vont à sa rencontre dans les salons du livre.

«Si vous saviez le nombre de parents qui viennent et qui me disent: "Merci, vous avez sauvé la relation que j’ai avec mon fils, ma fille, avec un frère ou une sœur. Grâce à vous, je comprends davantage et j’ouvre mon esprit à certaines réalités", a raconté M. Champagne, le trémolo dans la voix. Des jeunes me disent que je leur ai sauvé la vie. De recevoir ce genre de témoignages d’adolescents qui sont en train de bâtir leur identité et qui pourraient ne plus être là, c’est tout un cadeau.»

Avec la bourse de 1000$ qui accompagnait le titre, M. Champagne aimerait assister à un séminaire sur la sociologie et l’homophobie à l’Université de Nantes cet été.  

Rattrapé par l’actualité

L’abondance de commentaires haineux liés à l’annonce de nouvelles mesures pour mieux intégrer les élèves transsexuels dans les écoles de Montréal a quelque peu assombri l’humeur de Samuel Champagne.

«Après avoir reçu le prix du CMCC, j’étais vraiment sur un beau high, a indiqué l’artiste en entrevue avec Le Reflet. Mais la transphobie et l’homophobie que j’ai vues sur les réseaux sociaux à la suite de la publication de cette nouvelle – qui est en soi une bonne nouvelle! – a un peu pété ma balloune

Si le sujet touche l’auteur droit au cœur, c’est qu’il a lui-même entrepris un changement de sexe il y a trois ans.

Impliqué à la fois dans le milieu LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et trans) et auprès du grand public, M. Champagne se désole de voir les amalgames, clichés et raccourcis qui ont été pris sur le dos des transsexuels.

Il croit que l’on doit davantage parler de ces réalités pour que ceux qui jugent sans savoir puissent comprendre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des