Opinion

Billet d'humeur : Trous de mémoire

vendredi le 13 mai 2022
Modifié à 15 h 09 min le 13 mai 2022
Par Hélène Gingras

hgingras@gravitemedia.com

Ma mémoire est parfois comme un fromage gruyère ou suisse depuis quelques temps. (Photo: Depositphotos)

À quel stade du vieillissement êtes-vous?

Je me souviens de m’être moquée de ma mère quand elle est devenue incapable d’enfiler un fil dans une aiguille pour raccommoder un vêtement. Je riais de bon cœur de la voir essayer, en vain. Sans même être près de réussir. Alors que, pour moi, c’était un jeu d’enfant!

Ça m’était si facile à faire que ça frôlait l’incompréhension de ma part. J’étais incapable de m’imaginer à sa place un jour. Je pensais naïvement pouvoir déjouer le temps. Les statistiques.

La vie est une roue qui tourne...

Vous l’aurez compris, j’ai à mon tour de la difficulté à lire les étiquettes sur les bouteilles de médicaments. Pour la première fois l’autre soir, j’ai éprouvé de la difficulté à lire les cartes d’un jeu de société. À ma grande surprise. Les lettres s’embrouillaient. À m’en faire rager. Je n’arrivais tout simplement pas à faire le focus. Malgré mes nombreux efforts répétés.

Je l’ai échappé belle la dernière fois, mais je crains bien de ressortir avec une prescription pour la presbytie à ma prochaine visite chez l’optométriste...

Je me suis aussi déjà moquée de ma grand-mère quand elle cherchait ses mots. Je la trouvais drôle de s’impatienter pour cette raison. Et voilà que la vie me rend la monnaie de sa pièce encore une fois.

Je viens récemment de franchir un nouveau stade dans le vieillissement…

Mon cerveau est une véritable passoire depuis quelques temps. Un fromage gruyère. Je n’ai jamais autant eu de trous de mémoire à court terme. Le nom d’une race de chien ou d’une personne que j’ai pourtant nommé des dizaines de fois m’échappe soudainement. J’ai beau me creuser la tête, c’est le néant complet dans mon cerveau. Le vide total.

Et ça m’enrage royalement d’être incapable de mettre le doigt dessus. Pire, de n’avoir aucune idée ni même un vague indice comme ça pouvait m’arriver avant. Ce qui rajoute une couche inutile d’anxiété, ai-je lu.

«La fonction de la mémoire est aussi importante que celle du calcul.»

-Jacques Le Goff

Ma seule consolation est à l’effet que j’ai entendu que les pertes de mémoire passagères du genre seraient liées à la ménopause. Le fameux changement d’hormones. Je ne me suis jamais sentie aussi normale que lorsque ma collègue Chantale m’a confié qu’elle cherchait aussi ses mots depuis quelques temps. On a pratiquement le même âge.