Budget fédéral : un premier pas vers une politique alimentaire, estime le député Poissant

Budget fédéral : un premier pas vers une politique alimentaire, estime le député Poissant

Le député de La Prairie, Jean-Claude Poissant, au moment de sa consultation sur la politique alimentaire au marché des jardiniers à La Prairie à l'été 2018.

Crédit photo : Gracieuseté

Le député de La Prairie et secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Jean-Claude Poissant, se réjouit du dernier budget fédéral adopté le 19 mars par le ministre des Finances, Bill Morneau.

Attendue depuis plusieurs mois, la politique alimentaire promis par le gouvernement Trudeau est en bonne voie d’être implantée et ce, grâce à des investissements annoncés de 134 M$ sur cinq ans et de 5,2 M$ par année par la suite, dit-il.

Cette politique établira une approche «coordonnée et collaboratrice» pour traiter des enjeux liés aux aliments, tout en s’assurant que le secteur canadien de l’agriculture et de l’agroalimentaire puisse continuer de contribuer à la croissance de l’économie, affirme le député.

«C’est un excellente nouvelle. Je le suis d’autant plus que c’était une de mes principales promesses durant la dernière campagne électorale», ajoute-t-il.

Le député est d’avis que cette politique tant souhaitée aura des impacts positifs afin, notamment, de réduire le gaspillage alimentaire et, dans un cadre plus élargi, sortir de la pauvreté des milliers d’enfants qui ne mangent toujours pas à leur faim au Canada.

3,9 millards $ pour les fermiers

Au sujet de la gestion de l’offre, M. Poissant est heureux de constater qu’un soutien important sera offert aux agriculteurs admissibles des secteurs des produits laitiers, de la volaille et des oeufs en leur donnant accès à un montant pouvant atteindre 2,4 milliards $.

De ce montant, 250 M$ ont déjà été fournis pour soutenir les producteurs laitiers en conséquence de l’Accord économique et commercial global (AECG) avec les États-Unis et le Mexique. Par conséquent, 2,15 milliards $ sera disponible au cours des années à venir pour composer avec les pertes de revenu liées à ces ententes.

De l’aide sera offerte notamment pour protéger la valeur des investissements des agriculteurs dans les secteurs sous gestion de l’offre: programme de garantie de la valeur des quotas qui offrira une protection contre la diminution de la valeur des quotas à la vente. Un montant de 1,5 milliard $ a été réservé à ce programme fondé sur la demande.

(Source : communiqué bureau du député de La Prairie)

Commenter cet article

avatar