Cessons de parler de «drames familiaux»

Cessons de parler de «drames familiaux»
(Photo : Gravité Média)

Je suis renversé chaque fois que j’entends parler dans les médias qu’un autre «drame familial» a coûté la vie à des enfants. J’ai été le premier à dire qu’il fallait arrêter de parler de drames familiaux à l’époque du Négociateur à LCN, il faut parler de meurtres gratuits. Surtout quand il s’agit de jeunes enfants.

Je veux revenir sur cette histoire qui s’est passée dans le secteur Hochelaga à Montréal où un père a assassiné ses enfants de 5 et 7 ans avant de s’enlever la vie, il y a quelque temps. Ils avaient la vie devant eux. À cause d’une personne malade, ils ont perdu cette chance. Ce qu’on entend par rapport à cet événement, c’est que leur papa était un bon père de famille. On entend cela régulièrement de la part des voisins lorsque ces histoires arrivent.

La folie ne s’explique pas. Mais, on peut se demander pourquoi un individu qui vivait des moments difficiles, qui est allé à l’hôpital psychiatrique, se retrouvait tout de même avec ses deux enfants.

Il y a une responsabilité que les proches doivent prendre. Rappelons-nous l’affaire Turcotte. Quand la mère de Guy Turcotte a décidé de me parler publiquement pour la première fois, elle m’a raconté les circonstances du drame. Elle avait appelé plusieurs personnes, dont la mère des enfants, pour leur dire qu’elle craignait qu’il arrive quelque chose. Elle ne comprenait pas l’attitude de son fils. Elle avait supplié que quelqu’un aille chercher les enfants. Ça n’a pas été fait.

Il va falloir également que les autorités en place prennent leurs responsabilités. Est-ce normal que l’individu ait séjourné 24 heures en psychiatrie et qu’il ait été relâché? Je me pose des questions sur les autorités dans les institutions comme les hôpitaux. Ce sont eux qui décident si une personne est apte ou non à retourner chez elle.

Je me souviens d’être allé reconduire des gens, notamment à l’hôpital psychiatrique Louis-Hippolyte-Lafontaine, parce qu’ils menaçaient de se suicider. Quatre heures après, ils me rappelaient pour me dire qu’ils étaient sortis. Il y a quelque chose qui ne va pas.

C’est bien beau de mettre de l’argent dans le système de santé, mais il faut surtout voir à mettre l’argent dans des secteurs névralgiques comme la santé mentale. J’espère qu’avec un autre de ces meurtres d’enfants qui vient de survenir, on va se pencher sur la situation.

10-4!

(Propos recueillis par Gravité Média)

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Sylvia RibeyroKathy kingBouthillette René Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Bouthillette René
Guest
Bouthillette René

Comme il a raison ici Claude Poirier ! Cessons de parler de »drames familiaux » et parlons plutôt de »drames sociaux » où c’est un peu la faute à tout le monde et personne ( y incluant les organismes ) . Trop d’entre Nous s’empressent de se cacher derrière de beaux paravents pour dire que tout a été fait ou que tout allait se faire mais entre-temps et d’ici-là, de jeunes victimes innocentes paient de leur propre vie . L’état de crise chez l’un ne suscite pas nécessairement un sentiment d’urgence chez l’autre qui s’inquiétera bien plus de trouver où… Lire la suite »

Kathy king
Guest
Kathy king

Bonjour monsieur poirier je me nom kathy King et je me suis fais VOLER GRATUITEMENT mes enfants par la DPJ J’AURAIS aimer vous compter mon histoire ça fais 3 ans que je me bas pour les récupérer jamais je vais baisser les bras ma fille de 5ans sapel hope c’est pour de bonne raison alors je croise les doigts que vs me recontacter je suis une maman dévaster et détruite !!!

Sylvia Ribeyro
Guest

Merci pour cet article, vous avez raison, c’est vraiment dangereux de ne pas nommer les choses par leur nom. Aussi lorsqu’il est question de ruptures qui mènent à des meurtres et qu’on ose parler de « peine d’amour »… la possessivité, la domination, la dépendance affective, ce n’est pas de l’amour ça!