Consultation sur l’aire TOD : une grande déception

La lecture de l’article sur le Quartier TOD dans le Communic-Action de décembre 2015 de la Ville de La Prairie suscite beaucoup d’indignation chez un grand nombre de citoyens face au manque d’écoute de la part de la mairie.

D’abord, les résultats publiés ne tiennent aucunement compte des interventions faites par les participants lors de la rencontre du 22 octobre, notamment:

• La portée qu’on donne aux résultats diffère des présentations faites aux participants à l’atelier du 17 septembre.

• Il est abusif de parler de consensus, alors que les travaux réalisés par les équipes montrent une diversité de positions. La Ville semble confondre malicieusement majorité avec unanimité.

• L’essence même d’un TOD étant de minimiser les déplacements de ses habitants, comment ne pas prévoir un espace vert central facilement accessible pour le bénéfice du plus grand nombre de ses résidents? De plus, comment concilier la sauvegarde des étangs existants et de leur faune avec la dispersion des espaces verts en périphérie? Les résidents des secteurs au sud et à l’ouest du futur TOD ne bénéficient-ils pas déjà de parcs municipaux à proximité?

Ensuite, comme l’ensemble des quelque 400 signataires d’une pétition appuyant le dépôt d’une réflexion structurée sur le futur TOD, je me sens floué. Aucun élément du travail présenté en réponse à la volonté affichée de consultation dont se targuaient les élus municipaux n’est répercuté dans le texte de la Ville. Pourtant, ses représentants avaient émis des commentaires favorables sur la pertinence de son contenu lors du dépôt.

Sommes-nous face à un exercice factice? L’article du Communic-Action ne nous permet pas d’être optimistes quant à son issue. On se rappellera qu’en pleine séance du conseil municipal, le maire, irrité par la méfiance des intervenants sur le projet TOD, les a harangués pour les exhorter à lui faire confiance. S’il est, comme nous l’espérons encore, de bonne foi lorsqu’il parle de faire de l’approche La Prairie une référence pour le développement d’un TOD exemplaire, il ne voudra certainement pas porter lui-même et faire porter par l’ensemble de ses concitoyens l’odieux d’un triste exemple de plus à éviter.

L’échéance du 14 janvier approche rapidement et il serait impératif que le conseil s’implique pour éviter le musellement du processus consultatif.

Il importe donc de dénoncer publiquement ce qui s’apparente aujourd’hui à un simulacre de consultation basé sur une seule séance de coloriage dirigée avec des participants n’ayant pas été correctement informés sur les enjeux et ne disposant pas du recul nécessaire pour formuler des idées bien structurées. Pour être durable, le plan de développement du TOD ne doit-il pas bénéficier d’une vraie consultation et tenir compte des intérêts de ceux qui habiteront cet espace au même titre que celui du voisinage?

Paul Hudon,

citoyen de La Prairie

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des