VIDÉO – COVID-19 : Horacio Arruda à Longueuil pour faire le point en Montérégie

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
VIDÉO – COVID-19 : Horacio Arruda à Longueuil pour faire le point en Montérégie
Horacio Arruda (Photo : Gravité Média - Denis Germain)

Le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda, a fait un arrêt à Longueuil afin de faire le bilan de la pandémie en Montérégie, lors d’un point de presse le vendredi 3 juillet. Il est revenu notamment sur le décès du médecin communautaire de Longueuil, en avril, un événement qui a secoué le milieu, a-t-il dit. 

Dr Arruda était accompagné de son homologue de la Montérégie, Dre Julie Loslier. Il a remercié le personnel soignant des établissements de la région, comme il l’a fait dans d’autres secteurs de la province à l’occasion d’une tournée qu’il a amorcée cette semaine.

«La Montérégie est grande. Donc, chaque région a vécu des choses différentes. La moitié des cas ont été recensés dans l’agglomération de Longueuil, mais c’était attendu parce que c’est la région la plus populeuse de la Montérégie», a-t-il affirmé d’entrée de jeu.

Dr Arruda est aussi revenu sur le décès de son collègue, Dr Huy Hao Dao, emporté par la COVID-19. Il a souligné que de ce drame est né du positif, «puisqu’il a stimulé les équipes de travail qui ont trouvé de nouvelles façons de procéder».

Relâchement

En Montérégie, comme partout ailleurs, le directeur national de Santé publique a dit avoir constaté qu’il y a un relâchement de la population quant au respect des mesures sanitaires.

«Il ne faut pas attendre d’être dans une zone plus touchée ou densément peuplée pour commencer à porter le couvre-visage. Il faut le faire tout de suite. Même si les gens disent qu’il n’y a pas de cas dans leur village, ils doivent développer le réflexe d’apporter leur couvre-visage, comme ce l’est pour les clés, par exemple», a-t-il illustré.

Rapidité du virus 

Pour sa part, Dre Loslier estime qu’il était évident que la Montérégie allait être «très touchée» en raison de sa proximité à l’île de Montréal. La rapidité de la propagation a toutefois surpris son équipe, a-t-elle reconnu.

Julie Loslier et Horacio Arruda (Photo Denis Germain)

«Nous avons dû aller chercher de l’aide ailleurs pour augmenter le volume de nos équipes, a-t-elle expliqué. Malheureusement, nos ressources d’hébergement pour les aînés ont été durement touchées. De plus, environ 700 travailleurs qui ne sont pas du milieu de la santé ont aussi été atteints par la COVID-19.»

Dre Loslier se réjouit néanmoins de voir les cas diminuer, «permettant au personnel de souffler un peu. Mais il faut être conscient que la première vague n’est pas terminée et que la deuxième s’en vient».

Par ailleurs, la Santé publique a remarqué que le nombre de contacts liés aux personnes atteintes a augmenté au cours des dernières semaines, signe que les mesures sanitaires ne sont pas respectées par tous.

«Les gens ont plus socialisé. Donc, ils ont été en contact avec plus de gens pendant le déconfinement», a expliqué le Dr Arruda qui a martelé l’importance de suivre les directives.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Diane Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Diane
Guest
Diane

A quoi il s’attendait en donnant le feu vert à tout. C’est certain qu’il y a du relâchement et ça ne va pas s’arrêter car les gens sont à bout. Les commerçants ne gèrent plus, les policiers n’interviennent plus.
Il y a des reconfinements partout dans le monde ….
Mais au Québec, GO