Actualités

Des hôpitaux à climatisation variable

mercredi le 15 septembre 2021
Modifié à 10 h 32 min le 15 septembre 2021
Par Ali Dostie

(Photo: Gravité Média - Archives)

Les épisodes de grandes chaleurs sont vraisemblablement derrière nous, mais dame Nature pourrait réserver des surprises. Dans les hôpitaux de la région, force est de constater que la climatisation atteint peu les chambres et elle est loin d’être uniforme, ralentie notamment par l’état et l’âge des bâtiments. Portrait de la situation.

Le CISSS de la Montérégie-Centre évalue que 75% de la superficie de l’Hôpital Charles-LeMoyne est climatisée. C’est le cas entre autres du bloc opératoire, de la salle de réveil, de la chirurgie d’un jour, du centre de cancérologie et de l’urgence.

«Certaines unités d'hospitalisation ont de la climatisation dans toutes les chambres et toutes les pièces, d'autres sont climatisées en partie seulement», informe Joëlle Jetté, agente d’information du CISSS.

On assure également que toutes les unités disposent d'une zone refuge climatisée.

La «configuration architecturale de certains bâtiments moins récents et la capacité de leurs réseaux électriques représentent un frein à la climatisation complète», explique Mme Jetté.

Plus tôt cet été, un employé désirant conserver l’anonymat rapportait au journal ce que ces affirmations ne disent pas. L’unité de soins de chirurgie située au troisième étage, «reconnu comme le plus chaud», prenait des allures de cuisinière lors de canicules. «La chaleur qui monte très souvent en haut des 30°C dans les corridors et dans les chambres, c’est la catastrophe.»

À l’Hôpital Pierre-Boucher, les corridors des unités sont climatisés, mais pas les chambres. Certaines unités comme les blocs opératoires, les soins intensifs et l'hémodynamie sont climatisées.

«Comme le bâtiment a été construit il y a plus de 40 ans, le système de climatisation actuel n’est pas assez performant pour contrer la chaleur en tant de canicule», détaille Catherine Domingue, conseillère en communication du CISSS de la Montérégie-Est.

Des unités de climatisation temporaires ont donc été installées.

Du côté des centres hospitaliers de la Montérégie-Ouest, toutes les unités sont partiellement ou totalement climatisées à l’Hôpital Anna-Laberge et l’Hôpital Barrie Memorial.

«À l’Hôpital du Suroît, quelques unités de soins au bloc A (4) et au bloc B (3) ne sont pas climatisées en totalité, mentionne Catherine Brousseau, agente aux relations médias du CISSS de la Montérégie-Ouest. Toutefois, pour chacune des unités, certains locaux et postes sont climatisés ou déshumidifiés.»

Seules quelques unités comme les soins intensifs et les unités de naissance comptent des chambres climatisées.
«Dans les trois hôpitaux, la plupart des unités sont climatisées par les corridors et les postes», reconnait Mme Brousseau.

Modernisation

À l’Hôpital Anna-Laberge, un projet de 900 000$ assurera la modernisation du système de ventilation.
Les projets majeurs de rénovation planifiés au cours des prochaines années à l’Hôpital Chalres-LeMoyne «prévoient l’ajout de systèmes de climatisation», confirme Joëlle Jetté.

À l’Hôpital Pierre-Boucher, des projets d’amélioration sont en place chaque année et un projet de modernisation et de mise aux normes est en cours pour le service des naissances, au troisième étage. De nouvelles chambres seront ajoutées et climatisées.

La climatisation des chambres sera aussi évaluée dans le cadre du projet d’agrandissement du centre hospitalier.

Mesures prises

Lors de chaleurs extrêmes, le plan d’action de la Direction de santé publique est mis en place. Dans l’ensemble des hôpitaux de la région, le personnel soignant s’assure de faire une vigie auprès des patients pour surveiller les signes de déshydratation ou de coup de chaleur. La distribution de l’eau est aussi plus fréquente. Les clientèles plus vulnérables font de plus l’objet d’une surveillance accrue.

Des friandises glacées peuvent être distribuées, précise le CISSS de la Montérégie-Centre.

«Dans le respect de l'intimité des personnes, il est suggéré de maintenir les portes de chambres ouvertes pour profiter de la fraîcheur des aires communes et de fermer les rideaux des fenêtres», relève aussi Mme Jetté.

À l’Hôpital Pierre-Boucher, le CISSS rappelle aussi aux employés et gestionnaires les précautions à prendre et des colliers refroidissants peuvent être fournis.

Au CISSS de la Montérégie-Ouest, on ajoute que des appareils climatisés et ventilateurs sont également installés.
Afin de s’assurer que la température des chambres demeure à un niveau acceptable selon les normes du ministère de la Santé et de la CNESST, une vigie journalière est aussi effectuée par le biais d’un système de régulation numérique, affirme le CISSS de la Montérégie-Est.

Une surveillance similaire est aussi en place dans les trois hôpitaux du CISSS de la Montérégie-Ouest.

Elle «est assurée par un monitorage de la température et l’humidité à l’aide de sondes reliées aux systèmes immotiques des trois hôpitaux», décrit Mme Brousseau.

Les systèmes de ventilation peuvent aussi être contrôlés automatiquement en fonction des conditions dans les unités de soins.

À l’Hôpital Charles LeMoyne, des agents de sécurité prennent la température «dans des secteurs prédéterminés».


 

 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous