Dénonciations pour des rassemblements et des commerces non essentiels à Saint-Constant

Rédaction Le Reflet
Dénonciations pour des rassemblements et des commerces non essentiels à Saint-Constant
(Photo : Le Reflet - Archives)

À lire aussi: La Sûreté du Québec invite à ne pas tomber dans la paranoïa

Depuis le 15 mars, la Régie intermunicipale de police Roussillon est intervenue 75 fois à Saint-Constant auprès de citoyens quant à des rassemblements interdits, rapporte la Ville par voie de communiqué. La Municipalité a précisé que plusieurs appels n’étaient pas fondés. 

«Nous ne connaissons pas le nombre exact d’interventions qui ont été retenues, mais la plupart étaient non fondées», a précisé au Reflet en début d’après-midi Manon Mainville, directrice des communications à la Ville de Saint-Constant.

Les policiers ont aussi visité 10 commerces après avoir reçu des plaintes, mais ils ont jugé que leurs services étaient essentiels, a ajouté Mme Mainville.

Néanmoins, le maire de Saint-Constant Jean-Claude Boyer s’est dit préoccupé par la situation et a lancé ce qu’il qualifie «d’un cri du cœur» pour enjoindre les récalcitrants à se conformer aux mesures gouvernementales.

«Malgré tous les points de presse tenus et toutes les communications envoyées sur le respect des mesures émises par le gouvernement, nous constatons malheureusement qu’il y a encore des gens qui ne respectent pas les directives. Pour ces personnes qui ont été interceptées par le service de police, je vous lance un cri du cœur pour que vous participiez vous aussi, comme nous tous, à cet effort ultime pour sauver des vies», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

M. Boyer ajoute que tous les citoyens doivent appliquer les directives, sous peine de recevoir un constat d’infraction de la police.

«Plus nous allons être disciplinés à le faire, plus rapidement nous en sortirons vainqueurs», a-t-il dit.

Par ailleurs, la Ville de Saint-Constant précise, qu’au retour du congé de Pâques, elle espacera la diffusion de ses communiqués sur la pandémie, d’ordinaire quotidienne, «puisque la crise risque de durer encore quelque temps». Elle en allègera également le contenu.

(Source: Ville de Saint-Constant)

Partager cet article

6
Laisser un commentaire

avatar
6 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
MBMme RoyPato_1René BouthilletteNC Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mario
Guest
Mario

Bravo JC

NC
Guest
NC

La police de Roussillon devrait donner des contraventions de 1000$ a tous ceux de 2+ des rassemblements interdits.
,,,,,,Je suis encore très du mauvais service de La police Rousillon.

René Bouthillette
Guest
René Bouthillette

La plupart des demandes d’intervention non fondées selon ce que rapporte Manon Mainville , directrice des communications à la vile de saint-Constant . c’est bien mais vous devez considérer un facteur important, Mme Mainville : le citoyen qui désire collaborer , ou bien avec la Ville de Saint-Constant , ou bien avec la Force constabulaire , le fait de bonne foi mais n’a pas la formation ni du policier , ni du juriste . Plutôt que de mettre l’accent sur le nombre de demandes non fondées , j’aurais aimé entendre ou lire quelques lignes sur les demandes fondées et que… Lire la suite »

Pato_1
Guest
Pato_1

Good job M. le maire ! Les Constantins sont fiers de vous !!!!

Mme Roy
Guest
Mme Roy

Moi , je demeure sur la rue Ouellette dans un triplex, les voisins du #3 on de la visite constamment, nous leurs avons fait les recommendations au sujet de la covid et le propriétaire a mis des affiches , mais il comprenne rien , ils sont deux jeûne enfants donc un foyer de quatre, visite avec deux adulte et 4 chiens , on leurs parle ils nous dise oui on comprend , mais non ils ne comprenne pas, se matin encore de l visite 3 chiens et et deux adultes donc maintenant 6 personnes et 3 chiens, oufff décourager.

MB
Guest
MB

Hier j’ai été témoin d’ un rassemblement d’une centaine de motocycliste au Burger King de ste-catherine. Les gens ne respectaient pas la distanciation sociale et ne portaient pas de masques. J’ai donc appelé la police. Ce que je me suis fait répondre est 《 Qu’est ce que vous voulez qu’on fasse, qu’on aille leur dire de respecter le 2 mètres.