Des services d’urgence refusent de participer à des défilés

Par Vicky Girard
Des services d’urgence refusent de participer à des défilés
Un jeune Constantin a fait partie des exceptions quand il a été célébré par des policiers et pompiers. (Photo : Capture d'écran Facebook - Marie-Ève Dulong)

Alors que les parades se multiplient depuis le début de la crise de la COVID-19, les pompiers et policiers rappellent que ça ne fait pas partie de leurs tâches d’y prendre part.

La Ville de Candiac s’est positionnée sur Facebook, le 8 mai, afin d’aviser les citoyens que son Service d’incendie refuse toute demande. Avant cette publication, elle avait reçu environ une dizaine d’appels en moins de deux semaines.

«En cette période de crise, la mobilisation des pompiers est encore plus cruciale et leur priorité demeure la sécurité de la population. Lors d’une intervention, chaque minute compte», explique Jacinthe Lauzon, directrice des communications à la Ville.

Néanmoins, elle ajoute que la Municipalité se dit honorée des invitations.

«Si on est quelque part pour une fête et qu’il y a un arrêt cardiorespiratoire à l’autre extrémité de la ville, on double le temps de réponse.»

-Marc-André Breton, directeur du Service de sécurité incendie de La Prairie

Le Service de sécurité incendie de La Prairie refuse aussi d’y participer. Il confirme avoir reçu bon nombre de ces demandes en mars et en avril, sans pouvoir les chiffrer.

«Ç’a été prouvé, entre autres à Montréal, qu’utiliser les sirènes qui ont un but précis banalise leur fonction, précise Marc-André Breton, directeur du Service d’incendie. Ça crée aussi un sentiment de panique chez la population et de l’anxiété chez les personnes âgées particulièrement, qui sont confinées depuis des semaines.»

Il ajoute que le temps de réponse des pompiers est calculé en fonction de l’endroit où se trouve la caserne. D’autres déplacements peuvent nuire à leur travail.

Exceptions

De son côté, la Régie intermunicipale d’incendie de Saint-Constant et Sainte-Catherine n’encourage pas les demandes de parades, mais elle indique que certaines exceptions peuvent s’appliquer.

«Si l’une de nos Villes organise un défilé pour la communauté, nous allons y être», soutient Alexandre Tremblay, directeur de la Régie.

Il est également arrivé que les pompiers passent devant une maison avec les sirènes en marche.

«Les fois où on l’a fait, c’est parce qu’on revenait d’un appel et que ce n’était pas un détour pour nous de passer par là», ajoute-t-il.

Il rappelle que le service d’incendie est un service d’urgence et que la sortie d’un camion pour un particulier génère des frais. Il confie avoir reçu moins d’une dizaine d’invitations à la Régie.

Police

La Régie intermunicipale de police Roussillon est catégorique sur son refus de participer à des parades, afin d’éviter les rassemblements. Néanmoins, elle traite les demandes individuelles à la pièce, comme celle des fêtes d’enfants.

«Si les ressources policières sont suffisantes et que la situation le permet, une visite peut avoir lieu dans le respect des consignes de la Santé publique», affirme François Michaud, agent aux relations médiatique à la Régie.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Chantal ClémentYvette patenaude Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Yvette patenaude
Guest
Yvette patenaude

Entièrement en accord avec les pompiers, c’est parfois énervant d’entendre une sirène même si le but est de célébrer un événement. Ils ont besoin d’être en poste en cas d’appel urgent,c’est leur priorité. Je les félicite pour ce bon jugement.

Chantal Clément
Guest
Chantal Clément

Je suis tout à fait d’accord avec leur position ! Je ne vois pas en quoi entendre des sirènes hurler me donne de l’espoir, nous devons compter sur eux en cas d’urgence, ils seront donc sur place pour répondre à leur engagement, BRAVO.