Éviter l’Hôpital Anna-Laberge en raison d’éclosions

Par Hélène Gingras
Éviter l’Hôpital Anna-Laberge en raison d’éclosions
(Photo : Archvies)

C’est notamment en raison d’éclosions dans certaines unités de soins qui se poursuivent que le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie (CISSSMO) demande aux usagers d’éviter les urgences de l’Hôpital Anna-Laberge à Châteaugay qui débordent.

La situation ralentit les admissions de patients aux étages, ce qui engorge les urgences, a expliqué la porte-parole, Jade St-Jean. Une diminution de l’achalandage est donc souhaitée.

«Dans le contexte de la pénurie de main-d’oeuvre, ça met encore plus de pression», a-t-elle dit.

En ce début de Semaine de relâche, la porte-parole invite les parents à évaluer «le degré d’urgence des soins» qui pourraient sembler nécessaires à une personne malade et à utiliser des solutions alternatives, comme les médecins de famille, les groupe de médecine familiale, les cliniques d’évaluation pour la COVID, la ligne Info-santé et même les pharmaciens. Elle rappelle que certaines cliniques offrent des services de consultations d’urgence et la prise de radiographies. Autrement, les patients qui requièrent des soins moins urgents ne seront pas priorisés aux urgences de l’hôpital et devront attendre longtemps.

«On voir encore beaucoup de gens qui pourraient consulter ailleurs», a-t-elle fait remarquer.

Chaque année, la Semaine de relâche amène son lot de blessés à la suite d’activités sportives comme le ski alpin.

90 éclosions actives

Selon la Direction de santé publique de la Montérégie, il y a actuellement 90 éclosions actives. Ce nombre est toutefois à la baisse. Il se décline ainsi:

  • 20 en milieu de vie fermé ou de soins
  • 31 en milieu scolaire
  • 8 en milieu de garde
  • 31 en milieu de travail
  • 0 dans un autre milieu ou événement
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires