La course de sa vie avec un chien prêté

La course de sa vie avec un chien prêté

Joanie Poulin-Breton et Stella en pleine action au championnat Sirius à Bromont.

Crédit photo : Gracieusté - Marie Parent photographe

Joanie Poulin-Breton a emprunté un chien haute performance pour le championnat Sirius, à Bromont, le 29 septembre. À leur première collaboration, la résidente de Châteauguay et Stella ont fait des étincelles.

Le duo a bouclé l’épreuve de canicross de 4,8 km en 18 minutes et 42 secondes. Ce qui a valu à Joanie la première place parmi 21 femmes de la catégorie «global». Et la dixième position au classement féminin comprenant le groupe élite. La gagnante, Marie-Soleil Samson, a dominé avec un chrono de 15:31.

«J’ai fait la course de ma vie ! C’est ma meilleure performance. J’ai atteint mon objectif de finir dans le top dix» s’est réjouie l’athlète âgée de 30 ans à l’issue de l’épreuve disputée dans les sentiers du Centre équestre de Bromont.

Un chien fait pour courir

Adepte de canicrosss mais aussi directrice fondatrice du club Pattes Actives dédié à cette discipline, Joanie Poulin-Breton court habituellement avec sa chienne Foxy qui traîne un peu de la patte. «Foxy a sept ans et demi. Stella est un Alaskan, un husky mixé avec du braque ou du lévrier. Elle a deux ans et demi. Elle est faite pour courir. Il y a une grosse différence ! fait part la canicoureuse. Stella m’a vraiment aidée. Elle m’a propulsée. On a couru le premier kilomètre en 3:24.»

«J’ai prouvé que je pouvais suivre un chien plus vite.»

– Joanie Poulin-Breton

Avant de s’atteler à l’athlétique Stella, Joanie précise qu’elle s’est entraînée avec des chiens rapides appartenant à des amis durant l’été. «Mon résultat avec Stella, ça me prouve que je peux suivre un chien plus vite», observe-t-elle.

Chien concentré

Les participants aux courses de canicross doivent souvent partager un sentier étroit, dans des zones boisées, par exemple. «Le plus gros défi, c’est d’avoir le focus du chien. Il faut que le chien reste concentré durant toute la course», souligne Joanie.

Au moment de dépasser ou de se faire doubler, certains chiens vont se jeter sur leur congénère. Ou alors c’est un écureuil qui les fera dévier de leur trajectoire, ainsi que leur maître.

Avec la pratique, des chiens dissipés peuvent apprendre à garder leur attention en avant. «Dans le club, on pratique les dépassements, les départs», note Joanie Poulin-Breton, qui tient ses entraînements au parc Angrignon à LaSalle et à Châteauguay.

De plus en plus féroce

Le canicross gagne du terrain au Québec et le calibre des compétitions progresse. «Les compétitions sont de plus en plus relevées. Les gens courent avec des chiens de plus en plus gros et de plus en plus vites. Les compétitions deviennent féroces», remarque Joanie Poulin-Breton.

Commenter cet article

avatar