La COVID-19 emporte trois résidents à La belle époque à La Prairie

Par Vicky Girard
La COVID-19 emporte trois résidents à La belle époque à La Prairie
La Résidence la belle époque est une résidence privée pour aînés dans le Vieux-La Prairie (Photo : Le Reflet - Erick Rivest)

L’éclosion de COVID-19 à la résidence pour aînés La belle époque à La Prairie a été fatale pour trois bénéficiaires. Depuis le début du mois de novembre, 33 résidents ont été infectés, soit 5 de plus que ceux rapportés le 6 novembre, selon le bilan communiqué au Reflet, le 18 novembre.

À lire aussi: COVID-19 : l’éclosion dans une résidence pour aînés à Sainte-Catherine fait deux décès

La Direction des communications du Groupe La belle époque indique que parmi les 33, 19 résidents sont rétablis. Six résidents sont hospitalisés, 3 ont été transférés en CHSLD et 2 autres sont isolés au sein de la zone chaude de l’établissement à La Prairie.

De plus, 13 employés ont contracté le coronavirus. De ce nombre, 12 sont de retour au travail et 1 employé est en isolement à la maison.

«La situation s’est beaucoup améliorée et on travaille fort pour que ça continue», souligne Jessica Lambert-Fandal, directrice des communications à La belle époque.

Les résidents et employés sont maintenant dépistés le mardi plutôt que le mercredi depuis une semaine. La procédure de dépistage hebdomadaire a été mise en place depuis le début de l’éclosion, au début du mois de novembre.

Une zone chaude a également été délimitée dans la résidence, informe la Direction. Les cas positifs y sont déplacés «pour contenir la propagation» du virus.

Mesures supplémentaires

Les résidents ne peuvent recevoir de visite depuis le début de l’éclosion, même à l’extérieur de l’établissement. Du côté des proches aidants, ils doivent suivre une formation. Un seul est autorisé par période de 24 heures à la fois et un registre doit être signé.

Les bénéficiaires sont également privés de sortie et doivent rester dans leur unité locative, selon les directives de la Santé publique. Les congés temporaires sont interdits. Quant aux rendez-vous médicaux, les résidents ne peuvent sortir pour s’y rendre. Ceux qui ne sont pas infectés doivent prioriser la consultation et l’intervention à distance.

Les salles communes sont fermées, les services privés comme la coiffure sont suspendus et les repas sont servis aux chambres.

Hausse salariale

La Direction de la résidence a octroyé une hausse salariale de 1,35$ de l’heure à tous les employés syndiqués «en guise de reconnaissance et d’encouragement». Cette augmentation de 10% s’ajoute aux primes offertes par le gouvernement depuis le début de la pandémie.

Par ailleurs, la résidence qui a ajouté des employés sur les étages de l’établissement est à la recherche de personnel de soins, d’aide à la cuisine et de préposés à l’entretien. Les candidatures peuvent être envoyées au rh@rlbe.ca.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
COVID-19 : moins de cas actifs dans la MRC de Roussillon, mais des décès supplémentaires - Le Soleil de Châteauguay
4 jours

[…] le 25 novembre, portant le total à 38 attribués à la COVID -19 depuis le début de la pandémie. Trois d’entre eux ont été recensés à la résidence La belle époque à La Prairie. En contrepartie, 2 178 ont guéri de la COVID-19, soit plus de 300 personnes de plus qu’au […]