La Prairie : hausse du compte de taxes de 1,9 %

La Prairie : hausse du compte de taxes de 1,9 %

Le maire de La Prairie, Donat Serres.

Crédit photo : Archives - Le Reflet

Les propriétaires d’une résidence à La Prairie dont la valeur moyenne est de 343 300 $ en 2019 verront leur compte de taxes augmenter de 1,9 %, soit 55 $ de plus que pour la même résidence moyenne qu’en 2018. C’est un des faits saillants du budget 2019 que les élus ont adopté en séance extraordinaire le 3 décembre.

Le taux de la taxe foncière générale a été fixé à 0,70 ¢ du 100 $ d’évaluation, ce qui représente une hausse de 0,02 ¢ du 100 $. La Ville a maintenu le gel de plusieurs taxes. Celle de l’eau demeure à 190 $. Idem pour la collecte des déchets qui reste à 156 $.  Les taxes sur l’assainissement (96 $) et  la collecte des matières recyclables (62 $)  ne varient pas.

Pour les autres groupes d’immeubles, le taux des terrains vacants desservis connaîtra une hausse de 2,59 % alors que le compte de taxes moyen des immeubles non résidentiels augmentera de 2,9 %.

Quotes-parts

Sur les 40,5 M$ que représente le budget 2019, 11 M$ seront consacrés aux quotes-parts versées aux organismes régionaux et suprarégionaux (CMM, MRC de Roussillon, Régie intermunicipale de police Roussillon, transport collectif, Régie d’assainissement des eaux), soit le tiers du budget.

23,1 M$ seront attribués aux frais d’exploitation et 6,4 M$ pour le service de la dette.

Un surplus non affecté de 1 593 400 $ a été utilisé pour équilibrer le budget. Cette démarche permettra à la Ville de faire bénéficier directement les contribuables des excédents obtenus au cours des années tout en minimisant les hausses de taxes.

«Globalement, le budget 2019 représente une augmentation totale des charges de fonctionnement de 5,2 % par rapport à celles de 2018», mentionne la Ville.

Cette hausse s’explique principalement par une mise à niveau des coûts d’exploitation incluant les salaires de 2,5 %; une diminution des quotes-parts de 0,5 % et une hausse des contributions à la dette de 0,74 %. À cela s’ajoute une augmentation des dépenses en entretien et acquisition des immobilisations payées comptant de 0,65 %, ainsi qu’une «optimisation de l’organisation municipale, particulièrement au niveau des ressources humaines.»

Compétitive

La Ville a rappelé que son exercice budgétaire «s’inscrit dans un contexte où le conseil municipal désire maintenir la position de la Ville comme une entité municipale concurrentielle», lit-on dans le communiqué de la Municipalité.

«Les Laprairiens peuvent être assurés de conserver l’un des plus bas taux parmi ceux des municipalités de la MRC de Roussillon. Notre rigueur administrative nous a permis de déposer un budget réfléchi. Nous pouvons à la fois nous donner les moyens d’une ville dynamique et gérer de façon responsable», a affirmé le maire Donat Serres.

Commenter cet article

avatar